//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / #PIFF2015 – The Green Inferno (2015), le slasher power
The-Green-Inferno-affiche

#PIFF2015 – The Green Inferno (2015), le slasher power

The-Green-Inferno-afficheDu sang (beaucoup), du gore et du rire sur fond de forêt péruvienne luxuriante. C’est à l’occasion de la 5ème édition du Paris International Fantastic Film Festival (PIFF) que le roi de l’horreur encensé par David Lynch et Quentin Tarentino a été mis à l’honneur : Eli Roth et deux de ses longs métrages, The Green Inferno (2013) et Cabin Fever (2002) ont été projetés au Grand Rex pour notre plus grand plaisir.
      

Synopsis :

Justine (Lorenza Izzo) fille d’un grand diplomate et désireuse de se sentir utile, décide de rejoindre un groupe d’activistes au chef plus ou moins douteux (Ariel Levy) dans une intervention coup de poing au Pérou. La manifestation tourne mal et après une myriade d’évènements malheureux, le groupe se retrouve isolé et aux mains d’une tribu cannibale  remontée prête à leur faire subir tous les sévices possibles…

     
Les merveilles du Pérou

ou l’histoire d’une apprentie activiste candide

 

The-Green-Inferno-image-1
© D.R.

 

Créé en 2011 par L’association Paris Ciné Fantastique, en partenariat avec le magazine Mad Movies, le Paris International Fantastic Film Festival a proposé une sélection internationale de longs et de court-métrages inédits pour sa 5ème édition qui a eu lieu du 17 au 22 novembre 2015.

Sacs « à vomi » et bonbons distribués à l’entrée, l’ambiance est posée dès les premières minutes. La salle trépigne d’impatience et pour cause, voir le travail du créateur d’Hostel en grand écran, ça fait son effet…

C’est avec une vidéo surprise d’Eli Roth himself que débute cette sanglante projection : « je veux vous entendre hurler depuis chez moi ! » Ça a l’air en effet bien parti pour !

Tourné sur fond de forêt péruvienne luxuriante, on retrouve bien sûr dans ce film le goût du réalisateur pour les décors grandioses. Un campus, une étudiante riche et studieuse, Justine (Lorenza Izzo), un groupe d’activistes bruyants et leur leader Alejandro (Ariel Levy), charismatique et pas très amical, sonnent le départ de The Green Inferno.

Fille de diplomate, notre héroïne se découvre une conscience écologique (et un gros béguin pour Alejandro) et part à l’aventure au fin fond du Pérou pour tenter d’empêcher une entreprise de démolition d’abattre les trois quarts de la forêt. Manque de bol, l’opération tourne très mal et elle s’aperçoit qu’elle a juste servi d’appât (fille de politique, ça peut servir !) et qu’elle manque de se faire tirer une balle en pleine tête.

C’est donc sacrément contrariée qu’elle remonte à bord de l’avion qui s’écrase en tuant la moitié de l’équipe. Ceux qui restent vont atterrir au milieu de nulle part, dans un environnement hostile peuplé par une tribu cannibale et sacrément remontée contre ceux qu’elle considère comme des ennemis à éliminer…  

 

Slasher politico-comique

 

The-Green-Inferno-image-4
© D.R.

 

Un scénario plutôt simpliste au premier abord pour The Green Inferno mais qui recèle tout de même de belles surprises : fond politique, humour et dialogues poilants. Les deux ou trois scènes à la limite de l’insoutenable n’atteignent tout de même pas la perversité caractéristique du film initial, Cannibal Holocaust, le traumatisme d’une vie…

Et j’admets qu’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur nous en voyant des indigènes aux mœurs étranges – et certes, un peu brutales – capturer ceux qui sont le symbole de leur extinction. On se dit que finalement, depuis le temps, l’occidental moyen s’est surpassé en ingéniosité et a développé des moyens de tortures et de domination plus évolués et pervers les uns que les autres. Alors l’un dans l’autre…

Pour conclure, cette projection a su tenir son rôle, soit secouer les tripes et annoncer la couleur et l’ambiance du Festival : « nous avons une promesse à tenir ; celle d’une propulsion immédiate vers des destinations singulières où le vagabondage spirituel est plus que jamais nécessaire ».

Pari gagné !

 

 

     
En savoir plus :

  • Disponible en DVD & Blu-Ray chez Wild Side à partir du 6 Janvier 2016
  • 5ème édition du PIFF a eu lieu du 17 au 22 novembre 2015

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz est parti aux États-Unis pour tourner son film Message From The …

Laisser un commentaire