//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Les 8 salopards (2015), 8 clos pour Tarantino
LES-8-SALOPARDS-affiche-Sam_Jackson_HD

Les 8 salopards (2015), 8 clos pour Tarantino

LES-8-SALOPARDS-affiche-Sam_Jackson_HDLe chiffre “8” porte-bonheur au réalisateur Quentin Tarantino qui revient pour la 8ème fois derrière la caméra (en comptant les volets Kill Bill comme un seul et même film) avec Les 8 salopards (The Hateful Eight), western moderne et ultra-violent. Notre avis.
      

Synopsis :

Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth (Kurt Russell), dit Le Bourreau, emmène sa prisonnière, Daisy Domergue (Jennifer Jason Leigh), se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren (Samuel L. Jackson), un ancien soldat noir lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix (Walton Goggins), le shérif novice de Red Rock. En pleine tempête, le groupe décide de stopper leur voyage dans une auberge où séjournent déjà quatre personnages : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Le calme apparent va vite se révéler trompeur et les cadavres vont pleuvoir….

 

Une écriture inspirée de Django Unchained

 

Les 8 salopards photo
© 2015 The Weinstein Company. All Rights Reserved.

 

Quentin Tarantino a révélé que l’idée de départ de Les 8 salopards est issue du tournage de son précédent film Django Unchained (2012), plus grand succès en salles du réalisateur. Ce dernier était déjà un pur western avec un pitch centré sur le monde esclavagiste.

Le problème que le cinéaste a rencontré dans son projet de faire un sequel de Django Unchained, c’était son personnage principal : Django, interprété à l’époque par Jamie Foxx. Alors qu’il était en France pour recevoir un Prix Lumière du Festival de Lyon en 2013, Tarentino s’était rendu compte qu’il ne voulait pas raconter l’histoire d’un seul personnage. D’où son désir de faire un film choral sans héros où l’ensemble des protagonistes aurait un rôle essentiel.

Ce concept est couronné de succès sur Les 8 salopards car les 8 acteurs charismatiques arrivent tous à trouver leur place, sans pour autant phagocyter le jeu des autres. On ne les croit que 8 à porter ce film et pourtant quelques guest-stars viendront s’inviter en route, avec notamment le talentueux Channing Tatum qui rajeunit ainsi le public de Tarantino.

       
La redécouverte des codes de Tarantino

 

 

Avec Les 8 salopards, le public est projeté dans un film comportant l’ensemble des codes cinématographiques du réalisateur. 

Tout d’abord, on retrouve du Pulp Fiction (1994) avec cette notion de chapitrages et des retours en arrière permettant d’éclaircir des éléments-clés de l’intrigue. Ici, cette narration est même davantage structurée puisque deux grandes parties (séparées par un entracte pour la version 70mm) contiennent diverses sous-parties :

  • la première grande partie, un peu longuette, pose le décor. Le spectateur s’est habitué au huis clos, déjà utilisé dans Réservoir Dogs (1992). Il est également confronté à de longs et bavards dialogues qui constituent la patte du cinéaste dans la plupart de ses films ;
  • dans la deuxième grande partie, on retrouve sa prédisposition à une barbarie gratuite, ici à coup de cervelets sur les murs et de sang sur les vêtements. Toujours dans un contexte de séries B, le cinéaste va plus loin que le massacre de la mafia chinoise dans Kill Bill (2003). On se retrouve en effet dans un carnage sadique et jouissif.

Le faible enjeu dans la dramaturgie de cette seconde partie ne doit pas gêner puisque qu’il constitue une particularité de Quentin Tarantino qui a toujours privilégié son esthétique à son histoire.

Enfin, côté musique, Ennio Morricone est à la baguette de la bande originale du film. Le compositeur emblématique de Sergio Leone a créé un thème minimaliste mais extrêmement efficace que le public va garder en tête. Il participe à créer un univers intriguant, cosy mais également terrifiant dans le film.

<

p style=”text-align: center;”> 

Une expérience cinématographique vintage

 

 

Si vous optez pour une séance en 70mm de Les 8 salopards, vous allez vivre une vraie expérience de cinéma vintage.

Tout d’abord, le format Panavision de l’image fait ressortir les grands espaces neigeux et la force des éléments naturels. Un deuxième projecteur est même utilisé pour pouvoir projeter les sous-titres.

Ensuite, comme dans les séances d’antan, une musique d’ouverture précède l’ouverture du rideau et la projection du film sur l’écran.

Enfin, les 3h15 de film, avec des scènes inédites par rapport à la version  numérique, sont coupés d’un entracte. On est dans la magie perdue d’un cinéma nostalgique. 

Après Les 8 salopards, Quentin Tarantino n’en a pas fini avec les westerns puisque le réalisateur vient d’annoncer la mise en chantier d’une mini-série pour la télévision adaptée de ce genre. Quentin Tarantino est-il sur le point de devenir le nouvel Sergio Leone ?

À suivre…

 

 

En savoir plus :

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.
Antoine Corte

Check Also

sélection des sorties cinéma du mercredi 23 août 2017 image 1

Notre sélection des sorties cinéma du mercredi 23 août 2017

120 battements par minute, Les Proies, Profession Magliari, Hitman & Bodyguard, Mort à Sarajevo et …

Atypical saison 1 affiche poster

[CRITIQUE] “Atypical” saison 1 : Une jolie comédie sur le quotidien d’un adolescent autiste

Après le film To the Bone sur l’anorexie, Netflix propose Atypical de Robia Rashid, une …

Laisser un commentaire