//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / La censure à Hollywood (2015), quand l’Église dictait sa morale à Hollywood
La-censure-a-Hollywood-poster

La censure à Hollywood (2015), quand l’Église dictait sa morale à Hollywood

La-censure-a-Hollywood-posterComment le Code de Production Hays des films hollywoodiens a-t-il influencé la fin légendaire de Casablanca ? Comment Alfred Hitchcock a-t-il mis fin à l’emprise de l’Église sur le cinéma avec la scène de la douche de Psychose ? La réponse est dans La censure à Hollywood de Clara et Julia Kuperberg, un documentaire diffusé le 3 décembre 2015 sur OCS Géants.

Synopsis :

Ce court documentaire de cinquante-deux minutes explique comment le Code de Production -qui délivre les Visas d’exploitation des films hollywoodiens- a imposé les règles de la morale catholique au cinéma de 1934 au milieu des années 1950. Le Code existe dès 1930, mais n’est d’abord pas appliqué par les producteurs qui laissent apparaître une profusion de films hyper-sexualisés dans lesquels le point de vue des gangsters prévaut souvent. Ce sont les bureaux Hays et Breen d’administration du Code qui finissent par contraindre les scénaristes et réalisateurs à aligner leurs films sur une morale religieuse. Cette censure stricte et précise reste effective pendant plus de vingt ans.

 

Une analyse pointue ponctuée

d’anecdotes savoureuses…

 

Red Dust Clark Gable Jean Harlow LA CENSURE A HOLLYWOOD
© D.R.

Thomas Doherty et Craig Detweiler, deux universitaires américains, expliquent avec intelligence les évolutions du Cinéma américain en fonction de l’Histoire économique, sociale et religieuse des États-Unis de 1930 à la fin des années 1950. Leur discours est délicieusement ponctué d’extraits de films légendaires et moins légendaires de l’époque, dont on ne se lasse pas.

Certes, La censure à Hollywood ne comporte aucun réel élément de mise en scène ni de travail approfondi de storytelling – on est très loin de Sugar Man (2012) – mais son contenu fera mouche auprès de n’importe quel passionné de cinéma.

On apprend notamment que c’est à cause de la crise de 1929 que de 1930 à 1934, de nombreux personnages de femmes usent de leurs charmes pour atteindre leurs fins. Elles font écho au cinéma de la condition des mères au foyer livrées à elles-même après avoir divorcé de maris désemparés par la crise. Elles permettent également par leurs charmes de remplir les salles désertées par une population américaine appauvrie.

On apprend également que jusqu’en 1934, certains prêtres allaient jusqu’à se poster devant les guichets de cinéma pour dissuader les paroissiens d’aller voir les films immoraux d’Hollywood. Leur influence mènera à la création par les producteurs d’un Bureau d’application stricte du Code pour éviter la censure fédérale.

Hollywood deviendra pendant vingt ans “une industrie appartenant à des juifs qui vend des contenu catholiques à un public protestant”, comme le souligne astucieusement Thomas Doherty.

 

… mais qui nous laisse un peu

sur notre faim

 

Poster The Outlaw La censure à Hollywood
© D.R.  

On est cependant un peu frustré qu’il ne traite pas des conséquences du Code de Production Hays sur le cinéma américain contemporain. Le manichéisme de nombreuses productions hollywoodiennes “mainstream”, la tendance maladive au happy ending et à la morale de fin sont-ils des restes inconscients du Code ? On ne le saura pas.

De même, le film n’explique pas précisément comment le Code a été aboli et remplacé par la classification actuelle des films.

Bref, bien que de structure très simple, La censure à Hollywood s’avère être un document savoureux et riche. On regrettera juste que les réalisatrice n’aient pas exploré leur sujet jusqu’au bout.
   

     
En savoir plus :

  • La Censure à Hollywood est diffusé le 3 décembre 2015 à 23h10 sur OCS Géants
Marie Deconinck

Marie Deconinck

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Comédienne franco-québécoise, scénariste à mes heures et surtout obsédée de cinéma, j'aime les oeuvres flamboyantes et hypersensibles (Terrence Malick, Leos Carax, Charlie Kaufman, Xavier Dolan, David Lynch, Les frères Coen, Coppola...).

Top 5 Cinéma : "Nos meilleures années" (2003),"The Tree of Life" (2011), "Fargo" (1996), "Apocalypse Now" (1979), "Les enfants du paradis" (1945), "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" (2004)
Marie Deconinck

Laisser un commentaire