//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / MUSIQUE / The Shakes (2015), Matthew Herbert signe son grand retour
Matthew Herbert - The Shakes - couverture album

The Shakes (2015), Matthew Herbert signe son grand retour

Matthew Herbert - The Shakes - couverture albumMatthew Herbert, le compositeur britannique de musique électronique, fait son come-back avec l’album dance The Shakes.
    

 

 

 

 

 

Un auteur prolifique et contestataire        

Excentrique, original, prolifique, auteur et producteur iconoclaste… voici quelques-unes des qualités que l’on pourrait attribuer à Matthew Herbert.

Ce personnage haut en couleur et touche-à-tout n’a décidément pas froid aux yeux. Sa musique se renouvelle et nous intrigue. Auteur de plus d’une douzaine d’albums, parus sous différents patronymes, Matthew est avant tout un véritable musicien.
       

5_Matthew Herbert - The Shakes
© D.R.

     
Dès son plus jeune âge, il apprend le piano. Lorsque plus tard, il découvre la musique électronique, il crée son propre studio. Au milieu des années 90, il commence à se produire en public et sa musique gagne rapidement le reste de la planète électro.

Il s’attelle ensuite à divers projets :

  • défilés de mode,
  • DJing,
  • albums d’autres musiciens,
  • remix (Moloko ou Bjork…),
  • direction d’un atelier radiophonique de la BBC

La liste de ses réalisations est longue. En 2002, il réalise par exemple la B.O. du film Le Défi réalisé par Bianca Li. Puis en 2012 celle du film Human Traffic de Justin Kerrigan, en compagnie d’artiste tels que Primal Scream ou Fatboy Slim.

Comme en témoigne ses performances à Beaubourg ou ailleurs, Matthew possède la fibre contestataire. Lors d’une interview pour la remise du Quartz d’honneur en 2011, il déclare : « Le système capitaliste a développé un modèle d’existence insupportable dont on n’échappe qu’en résistant… Trop souvent, nous assistons à une complaisance et une apathie. Il faut apporter à l’art une nouvelle perspective et ainsi provoquer l’émergence d’espaces inédits où l’auditeur reconsidère son environnement. »
    

Un retour à la dance
     

7_matthew-herbert_the-shakes
© D.R.

    
Après avoir exploré nombre de genres (pop, jazz, l’ambiant, house…), Matthew Herbert revient cette fois-ci à la dance, revue et corrigée avec l’album The Shakes, 9 ans après le dernier opus du même genre, Scale (2006).

The Shakes est sorti le 01/06/2015 sur le label Caroline International (Kaiser Chief, Simple Minds…). Il y aborde des thématiques comme l’éducation de jeunes enfants ou la précarité et les luttes du monde moderne, avec une certaine intensité humaine, soutenue par une production délicate et sophistiquée.

La présence des 2 voix donnent des inflexions soul à certains morceaux, comme sur Middle ou Stop. Certaines parties de The Shakes ont même un petit côté Broadway orchestral (Smart).

La deuxième moitié de l’album laisse place à une atmosphère plus intime teintée d’une certaine langueur (Bed ou Even). L’artiste, déjà habitué à sampler les bruits de la vie pour élaborer son paysage sonore (explosion de bombe, manifestation, canette de coca…), joue cette fois-ci avec le son d’armes usagées achetées sur eBay (Safty).

Cerise sur le gâteau, Matthew Herbert a réalisé lui-même ses clips avec la collaboration de l’artiste cinématographe Margaret Salmon, tout en plan-séquence. En témoigne ci-dessous le premier extrait de l’album, Middle.
      

     
Comme tout artiste subversif, les coups de gueule attendus de Matthew Herbert adoptent parfois des allures plus institutionnelles.

Certes…

Mais un brin de folie créative imprègne sa musique résolument contemporaine, inscrite dans le courant électro d’avant-garde.
      

En savoir plus :

  • Site officiel de de Matthew Herbert
  • The Shakes de Matthew Herbert est sorti chez Accidental Records/Caroline Internationnal le 01 juin 2015 (Digital/CD/Vinyle)
Nicolas Lavroff

Nicolas Lavroff

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Amateur de grands crus littéraires et musicaux et de culture sous toute ses formes, en particulier lorsqu'elle pétille et sort de sa bulle.

Top 5 Littérature : "Demande à la poussière" de Fante, "Tropique du Capricorne" de Miller, "Souvenirs d'un pas grand chose" de Bukowski, "Portrait du joueur" de Sollers, "Qu'avons nous fait de nos rêves" d'Egan
Top 5 Cinéma : "Casablanca" (1942), "Un jour sans fin" (1993), "American Beauty" (1999), "Le Seigneur des Anneaux" (2001-2003), "Gravity" (2013)
Nicolas Lavroff

Laisser un commentaire