enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Le Pont des Espions » (2015) : L’histoire d’un homme qui assure
Le-Pont-des-Espions-affiche

[Critique] « Le Pont des Espions » (2015) : L’histoire d’un homme qui assure

Après Il faut sauver le soldat Ryan (1998), Arrête-moi si tu peux (2002) et Le Terminal (2004), le cinéaste Steven Spielberg et l’acteur Tom Hanks se retrouvent pour Le Pont des Espions (Bridge of Spies, 2015), premier film du réalisateur situé pendant la Guerre froide. L’avis et critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

James Donovan (Tom Hanks), un avocat de Brooklyn spécialiste des litiges en assurances, se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion d’espionnage américain U-2 qui a été capturé par les soviétiques.

Le Pont des Espions : retour vers le futur      

Le-Pont-des-Espions-image1
© Twentieth Century Fox

Voici de la belle ouvrage, un bon film comme on en fait plus. Le Pont des Espions est un agréable retour en arrière à l’époque de la Guerre froide et il nous replonge dans ces bons vieux films d’espionnage en provenance d’Hollywood. En compagnie de l’avocat américain joué par Tom Hanks et de l’espion « russe » interprété par Mark Rylance, nous revoilà au cœur de la guerre du renseignement que se livrait alors Est et Ouest, États-Unis et URSS.

Alors que la paranoïa est à son comble entre les deux pays, le personnage de Tom Hanks se voit instamment demander de défendre un espion russe qui risque la peine de mort — le procès des Rosenberg est alors encore dans toutes les mémoires. S’appuyant sur la Constitution, il réussit à lui éviter la peine capitale puis est envoyé à Berlin-Est pour négocier la libération d’un pilote américain tombé aux mains des soviétiques.      

La patte des frères Coen au scénario    

 

L’histoire vraie et incroyable de ce Monsieur-tout-le-monde en prise avec la grande Histoire a bien entendu intéressé tout de suite Steven Spielberg, qui a pu trouver dans cette incroyable histoire une de ces figures marquantes et positives sur lesquels il aime s’appuyer dans ses films historiques, particulièrement ceux sur les États-Unis (Amistad, Il faut sauver le soldat Ryan, Lincoln…). Et si le film Le Pont des Espions s’avère plutôt conventionnel dans la forme, il faut reconnaître au cinéaste un réel talent de conteur et une capacité à nous replonger dans une époque, dont les réactions paranoïaques pourraient paraître totalement absurdes aujourd’hui.

Pour ce faire, Steven Spielberg a pu notamment s’appuyer sur des scénaristes hors-pairs comme Joël et Ethan Coen, qui ont apporté leur patte au scénario original de Matt Charman. Capables de passer d’un genre à l’autre avec la même réussite, les deux auteurs ont su donner vie dans Le Pont des Espionsà des personnages profondément humains et marquants dans cette histoire basée sur des faits réels.

Un excellent casting

On pourra reprocher à Tom Hanks de jouer un peu toujours les mêmes rôles mais il faut reconnaître que dans la peau de l’Américain moyen, honnête et à la vie de famille bien rangée, il excelle toujours autant. Dans le long métrage Le Pont des Espions, son personnage James Donovan aime son pays et sera prêt à tout pour défendre les valeurs auxquelles il croit dans cette période sombre qu’est la Guerre froide.

À ses côtés, Amy Ryan, dans le rôle de son épouse, représente l’Américaine moyenne dont le quotidien est bombardé d’informations anti-russes et de craintes d’une attaque. Aussi, vit-elle très mal le désir de son mari de défendre cet espion russe que tout les citoyens américains haïssent. Surtout que le regard porté par les gens sur sa famille sera très vite hostile.

En face, Mark Rylance est l’espion russe. Avec surprise, il est loin de représenter un danger. Fonctionnaire banal et âgé au service de son pays, il refusera jusqu’au bout de trahir sa patrie. Toujours calme et réfléchi, il observera avec distance James Donavan se débattre pour le défendre et tenter de renouer le dialogue entre les deux nations. Cela créera un profond respect entre les deux hommes.

Un pont entre deux rives    

Au-delà de cette magnifique histoire d’espionnage, c’est bien le personnage de James Donovan qui fascine Steven Spielberg dans le film Le Pont des Espions. Le savoir-faire du cinéaste et de son équipe nous transportent dans cette époque révolue de la Guerre froide — on assistera notamment à la construction du Mur de Berlin pendant le film — pour nous décrire ces évènements historiques au plus près des lieux réels où ils ont eu lieu — comme la scène-clef de l’échange de prisonnier sur le Pont de Glienicke, situé alors entre les deux Allemagne et qui donne son nom au film.

Ainsi, bien que classique dans la forme, Le Pont des Espions se révèle au final être un bon film d’espionnage international, dans la bonne vieille tradition des films de l’époque et avec une scène finale sur le fameux pont pleine d’émotions.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 02/12/15
  • Distribution France : Twentieth Century Fox France
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.