//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / Wei or Die (2015), les nouvelles écritures au service d’une fiction interactive enthousiasmante
WeiorDie-affiche

Wei or Die (2015), les nouvelles écritures au service d’une fiction interactive enthousiasmante

WeiorDie-affiche

Véritable laboratoire d’innovation, France Télévisions Nouvelles Écritures nous offre Wei or Die, un projet de fiction interactive plaçant l’internaute au cœur du dispositif. Immergé dans les rituels d’un week-end d’intégration, le spectateur devient enquêteur sur ce projet de fiction ambitieux et innovant, réalisé par Simon Bouisson.  

Synopsis :

Lors d’un weekend d’intégration (WEI) d’une grande école de commerce, un corps est retrouvé noyé dans une mare. La police saisit tous les smartphones pour exploiter les vidéos réalisées pendant la journée comme pièces à conviction et retrace les événements ayant mené à cette macabre découverte. 1 wei, 150 teufers, 53 suspects, 90 minutes de films, combien de meurtriers ?

       
Concept :

Le spectateur est invité à mener l’enquête en visionnant les vidéos captées par différents étudiants, suspects du meurtre. Pour ce faire, il a accès à une timeline des événements et peut naviguer en temps réel dans les vidéos. Il a donc accès à différents points de vue, différentes versions des faits.

« On cherchait une forme nouvelle ».
Simon Bouisson

Naissance d’un projet interactif
   

WeiorDie-image-Interface3
Gary Mihaileanu en 2ème année un peu vicelard
© D.R.

    
Simon Bouisson, co-auteur et réalisateur de Wei Or Die, nous raconte les prémices de ce projet : « On voulait créer une fiction dont le médium ne pourrait être que le web ». Pour financer ses études de cinéma, Simon Bouisson conçoit des sites internet.

Déjà aguerri aux techniques et contraintes du web, il a rapidement l’idée de réaliser des films pour ce média (Tokyo Reverse, Stainsbeaupays, Jour de vote). Mais pour ce projet, il veut aller plus loin et utiliser l’interaction pour apporter une troisième dimension à la narration.

Avec son co-auteur, Olivier Demangel (scénariste de La vie en grand), ils se mettent alors en recherche d’une nouvelle forme narrative. « Tout l’enjeu était que l’interaction soit riche de sens, elle devait apporter quelque chose de plus à l’histoire », confie Simon Bouisson.

L’envie est donc là. Désormais, il leur faut trouver la meilleure histoire, le meilleur support à ce dispositif innovant. Simon se souvient « On était à une fête d’anniversaire avec Olivier, et l’idée de l’histoire est partie de là ». Amusant car la navigation au cœur de la fiction permet de se mettre à la place d’un membre de la soirée. Avec l’aspect immersif du projet, on se retrouve comme dans une teuf quand on passe du salon où tout le monde danse à une discussion plus intime dans la cuisine, avec des échanges qu’on attrape en plein vol en navigant de-ci de-là.

Mais l’arène d’une soirée de trentenaires est trop restreinte au niveau des enjeux pour tisser de nombreux fils narratifs et rendre le meurtre d’un fêtard crédible. Finalement, le weekend d’intégration s’est imposé comme le meilleur univers.

« Sexe, drogue, alcool, humiliation,
bienvenue dans l’enfer des weekend d’intégration. »
Leila, interprétée par Jade Hénot
    

WeiorDie-image-TANIA_LAIT
Actrice : Noémie Merlant
© D.R.

Marjolaine Gaudard

Marjolaine Gaudard

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Passionnée de séries, de web séries, de romans (notamment les polars), de BD et de littérature jeunesse.

Top 3 BD : Tout Manu Larcenet, "Peter Pan" de Loisel, "IRS"
Top 3 LITTERATURE : les livres de Lars Kepler, "L’écume des jours"
Top 3 TV : "Mr Robot", "Engrenages", "Utopia"
Marjolaine Gaudard

Laisser un commentaire