//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / THEATRE / Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires, une pièce rafraîchissante
un-weekend-sur-deux_affiche

Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires, une pièce rafraîchissante

un-weekend-sur-deux_afficheAprès Panique au ministère, Lady Oscar ou encore Pour combien tu m’aimes, Jean Franco et Guillaume Mélanie proposent leur nouvelle pièce Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires, mise en scène par Cédric Moreau. Une comédie pétillante et rondement menée.
    

Synopsis :

Julie (Alexandra Chouraqui) et Julien (Guillaume Mélanie) sont amoureux et élèvent ensemble le petit Jules, qu’elle a eu avec Antoine (Jean Franco). Pour le bien-être du bébé, Julie décide de réunir le quatuor pour une semaine de vacances. Comment cette cohabitation cocasse et improbable va-t-elle se dérouler?

       
Une intrigue hilarante
            

un-weekend-sur-deux-image-3
© D.R.

      
On a beaucoup ri ce soir-là, au Théâtre Edgar. La plume de Guillaume Mélanie et Jean Franco est toujours aussi affûtée. L’idée première de l’intrigue promet déjà un moment réjouissant de théâtre : la confrontation entre l’ex de la belle et l’actuel compagnon.  Julien et Antoine ne semblent pas avoir grand chose en commun. Le nouveau compagnon de Julie est un homme responsable, sérieux, quoiqu’un peu névrosé. Il prend soin de Jules comme s’il était son propre fils. Antoine, lui, est inconséquent, radin, hypocondriaque (ce qui donne lieu à des scènes impayables !), mal à l’aise dans son rôle de père… et décidé, au début de la pièce, à reconquérir le cœur de la mère de son fils.  Au milieu de ce combat annoncé, Julie reste optimiste : ce qui importe, c’est l’équilibre de Jules… et le plaisir coupable d’être au centre de ce joyeux combat de coqs ?
     

Des scènes réjouissantes
    

un-weekend-sur-deux-image-2
© D.R.

Le conflit entre Julien et Antoine est prévisible mais réussi grâce à la verve de Guillaume Mélanie et Jean Franco. Les répliques sont acerbes mais toujours drôles, les scènes loufoques mais soignées. Les piques fusent et le spectateur assiste à un sympathique duel, Antoine cherchant chicane à Julien, le second ne se privant pas d’indiquer au premier combien il parasite ces vacances. Alexandra Chouraqui n’est pas en reste, temporise les chamailleries, papillonne autour de ces deux hommes qui, en fait, se battent pour elle. La pièce aurait pu être seulement construite sur ce canevas, comme un vaudeville, dans lequel l’amant serait remplacé par l’ex en reconquête. Mais Guillaume Mélanie et Jean Franco prolongent intelligemment leur scénario. Peu à peu, les relations virevoltent. Antoine n’est peut-être pas l’affreux personnage que Julie a décrit à Julien… Une amitié va naître entre les deux fines lames… et Julie qui n’est alors plus le centre de l’attention, cherche querelle à son compagnon… Un week-end sur deux se pare d’une étoffe plus détaillée et plus subtile, laissant place à l’émotion.
     

Des artistes talentueux
    

un-weekend-sur-deux-image-4
© D.R.

      
En définitive, Guillaume Mélanie et Jean Franco confirment à nouveau leur talent d’auteurs et d’acteurs, accompagnés d’une Alexandra Chouraqui sémillante.  Un week-end sur deux fait rire, pose un regard avec tendresse sur les familles recomposées et les tensions inévitables en leur sein.  Guillaume Mélanie et Jean Franco signent une pièce sincère et populaire, à la vue de laquelle chacun est assuré de s’amuser. Pari réussi.  

En savoir plus :

  • Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires au Théâtre Edgar (Paris, France) du 28/10/2015 au 03/01/2016

Check Also

nina meurisse photo

[INTERVIEW] Nina Meurisse : « J’ai été élevée dans l’idée que le travail paie »

Un long métrage à dix ans et une mini-série de prestige à vingt-huit ans, découvrez …

En attendant Godot Laurent Fréchuret image (c) Christophe Raynaud de Lage

[CRITIQUE] « En attendant Godot » de Laurent Fréchuret

Ce sont de drôles de clowns qui sont venus nous conter l’absurde à La Fabrique …

Laisser un commentaire