//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Héritages (2014), partir et revenir ?
Héritages - affiche

Héritages (2014), partir et revenir ?

Héritages - affiche

Après avoir fui une nouvelle fois le Liban en juillet 2006, Philippe Aractingi livre un film très personnel autour de la question de l’exil et du déracinement. Notre avis sur Héritages.

Synopsis :

Philippe Aractingi emprunte une nouvelle fois le chemin de l’exil en juillet 2006, fuyant comme ses ancêtres depuis cinq générations le contexte délétère du Levant. Dans une suite de tableaux où se rencontrent des photos, des archives, des mises en scènes, ce film dévoile l’histoire de sa famille.
   

Une réflexion aboutie sur l’exil
   

heritages-image-4
© D.R.

    
Philippe Aractingi a choisi de construire son film en chapitres, renouvelant ainsi les points de vue sur l’exil. Mais le film entier est dominé par la question et les conséquences pour une famille du déracinement.

En juillet 2006, Philippe Aractingi et sa famille quittent le Liban pour la France, faisant écho au départ de sa grand-mère 90 ans plus tôt et à ses aïeux sur cinq générations. Héritages est l’occasion de réfléchir à cette récurrence. 

Le spectateur accompagne alors la famille dans le dilemme qui crève l’écran : la voix de la raison qui ordonne la fuite pour se protéger des guerres et des massacres, tout en conservant son attachement à ses origines et à ses racines.

Comment forger sa propre identité entre sa terre natale et sa terre d’accueil ? 

 

Transmettre la mémoire
    

heritages-image-3
© D.R.

    
Le film de Philippe Aractingi n’est pas seulement un grand tableau sur le passé d’une famille née sur une terre instable et dangereuse. Héritages s’adresse aussi et surtout aux enfants du couple. Comment expliquer à de jeunes enfants l’horreur qui leur a été épargnée par l’exil ? 

Dans une scène, Philippe Aractingi étale, avec légèreté et gravité, sur une table devant ses trois enfants des éclats de munition qu’il ramassait, étant plus jeune, au Liban et qui le fascinaient. C’est un point culminant du film où Philippe Aractingi y résume sa conception de la transmission.

Il choisit de ne pas éluder le sujet avec ses enfants qui doivent grandir en comprenant le passé de leurs parents. Il suggère sans trop en dire. Il n’impose pas une représentation traumatisante que ses enfants doivent recueillir. Au contraire, il engage le dialogue avec eux, entend leurs impressions.

Un tour de force et une scène extrêmement poignante. 

 

Un témoignage bouleversant d’actualité
   

heritages-image-2
© D.R.

   
Héritages 
peut ainsi être analysé comme un don du réalisateur à ses enfants qu’il partage en toute sincérité et humilité avec le spectateur. A travers une œuvre cinématographique, Philippe Aractingi cristallise finalement l’exil incessant des siens et fait un travail pédagogique. 

C’est l’occasion pour chacun de comprendre l’importance du passé, la difficulté d’appréhender la nostalgie, l’attachement aux racines, la double nationalité à travers l’histoire d’une famille.

La sortie du film en France intervient alors que les questionnements face aux déplacements de population et à l’accueil des migrants sont d’une extrême actualité. Chacun peut choisir d’aller voir le film dans ce contexte.

Il faut saluer cette émouvante fresque qu’offre Philippe Aractingi.

Un film à voir pour la beauté de la réalisation et du témoignage.

 

   
En savoir plus :

  • date de sortie France : 28/10/2015
 
Agathe M.

Agathe M.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Croqueuse d'art, j'aime découvrir et faire découvrir des œuvres éclectiques.

TOP 3 Cinéma : Vittorio de Sica, Pasolini, Visconti
TOP 3 Littérature : Schnitlzer, Kundera, Roth
TOP 3 Théâtre : Brecht, Anouilh, Claudel
Agathe M.

Laisser un commentaire