//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / La Dame Blanche (2015), répétez le 3 fois…
La Dame Blanche Affiche

La Dame Blanche (2015), répétez le 3 fois…

La Dame Blanche AfficheDans un théâtre plein à craquer, on découvre la nouvelle pièce de Sébastien Azzopardi, le génie de la réalisation théâtrale, et Sacha Danino : La Dame Blanche. Prêt pour le grand frisson ? 

Synopsis :

Malo (Arthur Jugnot), jeune gendarme, est follement amoureux de son amante, Alice (Anaïs Delva), avec laquelle il entretient une relation extra conjugal. Un soir de pluie, ils prennent la route ensemble. Le jeune homme avoue à sa maîtresse qu’il ne pourra pas quitter sa femme, tout juste enceinte. Furieuse, Alice s’échappe à travers les bois. Incapable de la retrouver, Malo reprend la route. Il va alors malencontreusement écraser sa bien-aimée. Pour ne pas qu’on lui découvre son aventure, le gendarme va dissimuler le corps sans vie sous des feuilles mortes. L’âme de la défunte, transformée en dame blanche, ne va pas lâcher le protagoniste et va venir le hanter dans son quotidien. 

 

Ambiance Terrifiante

La Dame Blanche Arthur Jugnot
©‎ Emilie Brouchon

Les auteurs de la pièce ont pris un pari presque inédit au théâtre : celui de faire peur. Et qu’il est dur de mettre de l’épouvante dans un genre réservé traditionnellement soit au comique, soit à la tragédie. La première scène réussit parfaitement à rentrer dans cette ambiance horrifique. Les esprits viennent titiller les spectateurs assis dans la salle. Soudain, on voit arriver cette Dame Blanche qui fait tellement frissonner, résolue à se venger de la souffrance qu’elle a endurée.  Pour autant, le comique habituel de Sébastien Azzopardi n’est pas longtemps mis de côté. Les rires viennent rapidement remplacer les frissons du fait notamment d’un décor mouvant, créés par Juliette Azzopardi, qui renferment de nombreuses farces et attrapes capables de surprendre le public. Le casting est également désopilant, en particulier la comédienne Michèle Garcia qui interprète avec prestance et beaucoup de second degré une vieille bien trop curieuse. 

 

Un casting au charme fou

La Dame Blanche Arthur Jugnot
©‎ Emilie Brouchon

Les deux acteurs principaux sont d’un charme fou. Anaïs Delva, bien connue des jeunes pour avoir posé sa voix sur la bande originale de La Reine des Neiges, doit maitriser un panel d’émotions contradictoires entre douceur candide et maléfices extrêmes. A l’inverse, Arthur Jugnot sait incarner avec légèreté, et toujours avec cette pointe d’humour, un homme qui tombe peu à peu dans la folie.

On peut reprocher à la pièce quelques problèmes de rythme. Une baisse de régime s’installe à mi-parcours avec une histoire qui peine à avancer. Mais ce n’est que le répit avant la tempête ! On ne sera pas déçu par l’accélération effrénée du dernier acte pour lequel les ingéniosités de mise en scène sauront captiver le public. On y retrouve notamment cette petite touche caractéristique des auteurs qui aiment faire participer les spectateurs à l’action. Il en sera le cas ici…

 

La Dame Blanche Arthur Jugnot
©‎ Emilie Brouchon

Sans être la meilleure pièce du duo Azzopardi-Danino, La Dame Blanche sait nous accrocher. En sortant, on est certain d’avoir passé un bon moment avec, paradoxalement, l’envie que cette personne maléfique n »abandonne pas totalement nos esprits…

 

 

En savoir plus :

  • La Dame Blanche au Théâtre du Palais Royal du 10 septembre au 23 décembre 2015 puis du mercredi 11 mai 2016 au vendredi 15 juillet 2016

Check Also

Coup de théâtre de/ by Sébastien Azzopardi

Fiers de leur Molière 2014 de la comédie avec la pièce Dernier coup de ciseaux, …

Laisser un commentaire