//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E (2015), my name is Cavill… Henry Cavill
Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E_affiche

Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E (2015), my name is Cavill… Henry Cavill

Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E_afficheC’est en cette période morose de rentrée que la Warner a décidé de sortir Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E (The Man From U.N.C.L.E.) de Guy Ritchie. Après que son compatriote et ami Matthew Vaughn se soit attaqué au cinéma d’espionnage avec l’excellent Kingsman : Services Secret (2015), Guy Ritchie s’essaie à son tour au genre, en glissant Henry Cavill et Armie Hammer dans le smoking typique de l’agent secret moyen.Le réalisateur de Snatch et de Sherlock Holmes a-t-il réussi son pari ?

Synopsis :

Lorsqu’en pleine guerre froide une alliance secrète se forge entre les services secrets Russes et américains afin d’éviter une attaque terroriste d’ampleur, deux agents, l’un américain et l’autre soviétique, vont devoir surpasser leurs différences afin de mener à bien leur mission…

Un divertissement glamour mais superficiel

 

Que l’on accroche ou pas à cette intrigue basique d’agents secrets voulant éviter un conflit nucléaire, il sera difficile de nier que le film possède une élégance rarement vue dans des productions de ce calibre. Artistiquement, il y a peu de choses à redire. La direction artistique baigne dans une atmosphère sophistiquée purement sixties et c’est avec délectation que l’on regardera tous les membres du casting se « la jouer » avec une panoplie de costumes à faire pâlir d’envie n’importe quelle costumière de James Bond.

Au niveau de la réalisation, Mr. Richie, sans livrer son meilleur film, nous offre un métrage bien pensé aux inspirations Tarantinesque. Le meilleur exemple de cette inspiration – volontaire ou non – est la bande originale du film. Complètement folle, elle apporte une sérieuse plus-value à l’aspect rétro de l’œuvre.

Malgré ces sérieuses qualités, Man from U.N.CL.E déçoit au niveau de son scénario, mais aussi au niveau de son histoire. Nombreux sont, ces dernières les années, les blockbusters aux histoire passionnantes mais desservies par un scénario indigent.

Malheureusement, le film de Guy Ritchie ne rentre même pas dans cette catégorie puisqu’il raconte une histoire peu captivante alors que les possibilités offertes par les protagonistes aurait permis d’en faire une référence pour le genre. Si l’histoire avait suivi… Dommage.

Un humour pince sans rire aléatoire 

 

On peut se permettre de dire que Man from U.N.C.L.E est comédie d’action. Cependant le film mise sur un humour pince sans rire plutôt qu’un humour à la Kingsman : Services Secret, bien plus potache. Si cette approche n’est pas étrangère à l’aspect sophistiqué du film, il est aussi responsable du manque de rythme du film.

Parfois très drôle, comme en témoigne la scène de sauvetage avec le camion ou encore certains passages utilisant comme ressort la rivalité russo-américaine, l’humour tombe parfois à plat : on se souviendra de cette loooongue scène où les deux héros parlent de la mode féminine dans une boutique de prêt-à-porter.

Si l’humour est souvent au rendez-vous, il est souvent aussi assez maladroit.

Un casting de choix mené

par un Henry Cavill exemplaire

 

Un des atouts certains du métrage de Guy Ritchie est son casting, en tout point parfait. Les acteurs s’éclatent et jouent leur partition avec brio. Cette remarque s’étend au delà du duo d’acteur principal puisque les seconds rôles, d’Alicia Vikander à Hugh Grant, apportent une dose de charme supplémentaire.

Comme il a été dit, si le duo principal est parfaitement convainquant, Henry Cavill éclipse totalement son partenaire, faisant du film sa bande démo à plusieurs millions de dollars à l’attention des producteurs de la saga James Bond.

<

p style= »text-align: justify; »>Pour conclure, Man from U.N.C.L.E ne brille pas par son intrigue mais heureusement pour lui, le métrage ne se résume pas qu’à ça.

Porté par une distribution exemplaire et habitée, le film suinte d’un glamour et d »une élégance rare et se permet d’offrir de vrais moments de cinéma par instants qui valent quand même le prix d’une place.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/09/2015

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire