enfr
Accueil / SPECTACLES / #Avignon2015 – Entre coups de cœur et déceptions
festival OFF d'Avignon - affiche

#Avignon2015 – Entre coups de cœur et déceptions

Les 3 autres spectacles qui nous ont plu

Une chambre à soi - affiche

 

Une chambre à soi, par la compagnie Les Trois-Huit au Théâtre Girasole, fait partie de ces monologues – comme La Peau dure et Alice (voir critique plus bas) – interprétés par des actrices talentueuses.

Enfermée dans le décor victorien d’un parc pour bébés, l’actrice Anne de Boissy nous narre les récits qui ont amené la femme à s’émanciper culturellement et économiquement. Véritable plaidoyer pour les femmes, la pièce fait peu à peu tomber les barrières métalliques du parc pour construire cette chambre à soi… pour écrire.

Bref, sur un essai de Virginia Woolf – sur la femme et les romans – la metteuse en scène Sylvie Mongin-Algan et son actrice Anne de Boissy nous offrent avec Une chambre à soi un très beau texte, servi par une très belle prestation.

En savoir plus :

 

Une heure avant la mort de mon frère - affiche

Une heure avant la mort de mon frère, mis en scène par Antoine Marneur au Théâtre Girasole, est un huis-clos carcéral passé en compagnie d’un frère (Francis Ressort) et d’une sœur (Sophie Neveu). Le premier est condamné à mort et son exécution à venir donne lieu à des retrouvailles entre ces deux êtres que la vie a séparés.

Pendant ce laps de temps, les corps se cherchent, se fuient, se perdent, se trouvent et dansent à la limite… de l’inceste. De cette heure passée ensemble, émergent les blessures de jeunesse et apparait en creux la figure du père qui a refusé de venir voir son fils pour la dernière fois.

Malgré une mise en scène un peu figée, Une heure avant la mort de mon frère offre une jolie partition à deux.

En savoir plus :

 

ALICE - afficheAu Théâtre du Chêne Noir, rendez-vous avec Alice, mise en scène par Paulo Correia.

« On l’a voulu comme une sorte de rêve éveillé », nous annonce le metteur en scène en introduction. Nous voilà donc partis pour un voyage psychanalytique entre l’enfance et l’âge adulte dans l’univers théâtral et audiovisuel de Paulo Correia.

Portée par une actrice talentueuse, Gaële Boghossian, la mise en scène offre une belle esthétique – un décor fait d’éléments amovibles et de boucles vidéos, parcourus d’animaux marins et poétiques (méduses, baleines, carpes…) – que les musiques inspirées et mélancoliques portées par la belle voix de Clément Althaus traversent.

« Même si la vie n’a pas de sens, qu’est-ce qui m’empêche d’en inventer une ? », dira Alice.

Si l’axe de réécriture choisi (la psychanalyse) paraît simpliste au premier abord, cela n’empêche pas de passer un bon moment devant cette curieuse adaptation visuelle et sonore de ce célèbre personnage littéraire.

En savoir plus :

 

Mais loin de ne voir que des réussites au festival Off d’Avignon, nous avons aussi enchaîné les spectacles intéressants sur le papier mais souvent décevants en live. En voici un aperçu.

Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.