//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “À la poursuite de demain” (2015) de Brad Bird

[CRITIQUE] “À la poursuite de demain” (2015) de Brad Bird

Co-écrit par Damon Lindelof (Lost, les disparus), réalisé par Brad Bird (Mission : Impossible – Protocole fantôme) , éclairé par Claudio Miranda (L’Odyssée de Pi), interprété par George Clooney (Gravity) et Hugh Laurie (Docteur House), monté par Walter Murch (Apocalypse Now) et Craig Wood (Les Gardiens de la Galaxie), A la poursuite de demain s’annonce comme un ambitieux et original film de science-fiction Disney. Voici enfin notre avis sur le film.

 

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis :

Casey Newton (Britt Robertson), une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank Walker (George Clooney), un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

Un retard à l’allumage…

© 2015 Disney

Après la déception Avengers : L’ère d’Ultron, Disney n’a pas fini de nous surprendre. Si A la poursuite de demain a du mal à démarrer avec un début avec plusieurs retours en arrière – un peu sur le même principe du face caméra que la série How I Met Your Mother, pour citer un exemple récent -, il démarre véritablement avec le flashback autour du personnage de Casey Newton.

Flanqué d’un père (Tim McGraw) et d’un petit frère (Pierce Gagnon), ce personnage adolescent, rebelle et fan de fusées va voir sa vie basculer le jour où il va tenter d’empêcher la destruction de la base de lancement de Cap Carnaveral devenue obsolète. Son action va alors l’entraîner dans un monde plein de surprises et… parallèle.

… avant le décollage vers un monde parallèle !

© 2015 Disney

Pour découvrir cet autre monde, back to the 80’s via un pin’s. En effet, quand elle touche cet objet très vintage, Casey se retrouve projeté au milieu d’un champ de blé très Ovomaltine – pour ceux qui connaissent la référence – ou Gladiator – autre référence pour les plus jeunes – et cette découverte donnera lieu à de savoureuses scènes en montage parallèle.


Le choix du personnage n’est pas anodin. A la poursuite de demain rejoint la mode actuelle de personnages féminins forts dans des films d’aventure. Comme les franchises Divergente et Hunger Games, le personnage principal du film est une jeune fille intelligente, débrouillarde, courageuse et qui est surtout… spéciale.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans cette histoire où le destin de l’humanité est en jeu, il n’y ait aucune présence de mère au côté du personnage qui est par contre aidé ou pourchassé pratiquement que par des hommes : son père, son petit frère, Frank Walker, le méchant David Nix (Hugh Laurie), sauf… la “petite” Athena (Raffey Cassidy) qui est le mystérieux personnage qui permettra à Casey de rencontrer Frank et de poursuivre sa quête. Ce personnage est d’ailleurs dans la droite ligne du personnage de Mindy dans Kick-Ass, c’est-à-dire un vrai petit soldat très, très efficace.

Une histoire et une mise en scène trépidantes

© 2015 Disney

Il est bien évidemment très difficile de parler du film sans en dévoiler les mystères. Car comme Casey, nous découvrons au fur et à mesure les tenants et les aboutissants de l’histoire. Nous allons ainsi de surprises en surprises dans un récit plutôt prenant.

Les scènes d’action sont ainsi d’une rare efficacité, la mise en scène n’hésitant pas à profiter des inventions scénaristiques d’un monde où rien n’est impossible pour nous offrir des scènes d’action pleines de punch. Le film ne manque pas non plus de citer d’autres films du genre.

Il y a notamment de très amusants clins d’oeil à Star Wars – saga passée dans la sphère Disney et dont l’un des épisodes est l’un des films les plus attendus de l’année – dans une scène très drôle où Casey et Athena utilisent des objets du film de George Lucas pour se défendre au milieu d’une boutique pour geeks et nerds.

À la poursuite de quel demain ?

© 2015 Disney

Reste à décrypter le message du film. Celui-ci commence à la Foire Internationale de 1964, composé notamment de l’attraction It’s a small world des parcs Disneyland –  Tomorrowland est d’ailleurs aussi une section des parcs Disneyland – car l’origine du film s’inspire notamment du projet avorté Experimental Community of Tomorrow (EPCOT) de Walt Disney de créer une vraie ville futuriste – un parc éducatif EPCOT existe depuis 1982 à Disney World en hommage à ce projet -.

De même, une des scènes-clés du film se situe sur la Tour Eiffel et ce n’est pas tout à fait un hasard. Pour écrire l’histoire du film, Brad Bird, Damon Lindelof et le scénariste de bandes dessinées Jeff Jensen (Prix Eisner 2012 du meilleur travail inspiré de la réalité pour Le tueur de la Green River) se sont appuyés sur une légende selon laquelle le français Gustave Eiffel, l’américain Thomas Edison, le français Jules Verne et le serbe Nikola Tesla auraient formé une organisation ultra-secrète que Walt Disney aurait rejointe en 1960.

A la poursuite de demain (Tomorrowland) nous replonge donc dans une époque où l’an 2000 était encore de la science-fiction, c’est-à-dire une période de l’histoire où les avancées technologiques et l’imaginaire des artistes permettaient les rêves les plus fous.

Un voyage futuriste chaudement recommandé

Bref, avec un George Clooney en inventeur grognon, un Hugh Laurie en méchant sûr de lui et une jeune actrice convaincante, Britt Robertson (Under the Dome), À la poursuite de demain est un plaisir de divertissement vintage, à la fois rythmé, original, parfois étrange, et réussi.

Bulles de Culture en mode tour opérateur vous recommande chaudement ce voyage futuriste. Alors prêts à embarquer ?

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 20/05/2015
  • Distribution France : Walt Disney France

 

 

 

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire