//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / [CRITIQUE] « Rêver les cinémas, demain » (2015) de Agnès Salson et Mikael Arnal

[CRITIQUE] « Rêver les cinémas, demain » (2015) de Agnès Salson et Mikael Arnal

Le livre Rêver les cinémas, demain, écrit par Agnès Salson et Mikael Arnal, fait le tour de France des exploitants pour dénicher les petites perles de l’exploitation cinéma. Notre avis.

Les salles de cinéma ont des beaux jours devant elles. À l’heure où tout se consomme chez soi sur tablettes ou autres smartphones, les salles obscurs ne disparaissent pas. Bien au contraire, elles savent se renouveler pour accueillir depuis quelques années une fréquentation record, restant la sortie phare des français. Pour garder cette attractivité, certaines lancent des concepts novateurs.À la genèse du projet décrit dans Rêver les cinémas, demain, on trouve deux passionnés de cinéma. Agnès Salson est actuellement étudiante à la FEMIS, grande école des métiers du son et de l’image, et rêve de monter une salle de cinéma singulière. Mikael Arnal est quand à lui tombé très tôt dans le bain des écrans noirs. Ils réalisent des spectacles de danses contemporains et monte actuellement son premier court-métrage.

Ensemble, tel un road trip américain avec leur van, ils décident de sillonner les routes de France sur un an à la recherche des cinémas insolites. D’interviews en interviews, plus d’une centaine sur l’ensemble du projet, ils dressent un portrait complet de l’exploitation cinématographique actuelle sur une plateforme numérique qui fait  de Rêver les cinémas, demain un carnet d’étape.

Entre des masterclass de réalisateurs via Skype, des projections dans des églises ou des soirées pop-corn, les projets insolites ne manquent pas. Ils sont les témoins d’une réflexion globale des exploitants pour adapter les salles aux envies évolutives du public.

Ce parcours initiatique est résumé dans le livre Rêver les cinémas, demain qui se termine par une boîte à idées afin de prolonger cette synergie dans le but d’améliorer et transformer l’expérience de la salle.

En somme, l’étude est une réflexion intelligente sur un phénomène de société qui touche une grande partie de la population française. On comprend que la salle ne peut vivre sans son public, tout comme ce dernier se doit de participer à son évolution.

À l’heure où on médiatise le concept du « satisfait ou remboursé » dans la salle de cinéma, le génie français des parcs cinématographiques ne tient qu’à son évolution et à son adaptation. Mais il aurait été dommage que les auteurs s’arrêtent sur ce constat. Dès l’année prochaine, ils reprennent leurs valises en se lançant dans l’étude des cinémas européens.

Soutenez dès à présent leur projet via Ulule !

En savoir plus : 

 

Check Also

Taipei, Histoires au coin de la rue

[CRITIQUE] « Tapei, histoires au coin de la rue » : Des nouvelles captivantes

La maison d’édition L’Asiathèque propose, avec Tapei, histoires au coin de la rue, un recueil …

De sang et de lumière Laurent Gaudé image couverture

♥ [CRITIQUE] « De Sang et de Lumière » de Laurent Gaudé : Une poésie belle d’engagement

De Sang et de Lumière, ce sont de longs poèmes comme des chants qui rendent …

Laisser un commentaire