//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / Mon amour, (2015) de Julie Bonnie

Mon amour, (2015) de Julie Bonnie

Julie Bonnie - Mon amour, - couverture

Julie Bonnie a eu plusieurs vies : chanteuse (groupe, solo, duos), violoniste, auxiliaire de puériculture, etc. Prix du Roman Fnac 2013 avec Chambre 2, elle enchaîne en 2015 avec un deuxième roman paru chez Grasset : Mon amour,.
   

Synopsis :

Fée vient d’accoucher de Tess dont le père, pianiste de jazz, part en tournée. Tous les deux campés dans leurs solitudes, ils s’écrivent, se parlent, se manquent, se confient.

     
Dans le titre, tout est dans la virgule

     
J’ai connu Julie Bonnie avec son groupe Cornu dans les années… je ne sais plus. Je me souviens d’un concert vivant, gai – banlieue parisienne, Maximum Couette en première partie, on était jeunes, on était fous -. J’ai retrouvé Julie l’année dernière avec Chambre 2. Belle claque dans ma tronche de maman. Et là, avec Mon amour,, rebelote.

Julie Bonnie Mon amour, - photo
© JF PAGA, Grasset

Dans le titre, tout est dans la virgule, satanée virgule qui nous laisse présager un roman épistolaire. Que nenni ! J’ai été embarquée dans une correspondance factice où les protagonistes s’épanchent et réalisent la grandeur du vide qui les sépare, l’amour qui les lie.
Les textes sont ce que les personnages disent, désirent dire, fantasment de dire. Le tri n’est pas fait, ce n’est pas grave. L’important est la façon de le dire et de le vivre.
     

Un récit plurivoque, haletant et violent

    
De dissonances en rendez-vous manqués, de caprices de star/enfant gâté aux tourments de la jeune maman, l’histoire prend forme dans un récit plurivoque, haletant et violent. Ce roman est un puzzle où chaque personnage-pièce tient sa place et son rôle.
L’histoire avance, poussée par le vent des malentendus, des mensonges et des non-dits. Les silences amènent inévitablement, par leur force et leur sens, à la tragédie.

Je n’ai pas eu envie de dire « le lecteur ». Pour une fois je dis « je ». Fée, c’est moi. Julie, c’est moi. On ne forme qu’un. On appartient à cette communauté secrète des mères qui avouent leurs faiblesses et leurs forces. J’aimais Cornu pour sa poésie légère, j’aime Julie Bonnie pour sa poésie sombre.

Après avoir fermé le livre, j’ai pleuré en écoutant « J’aimerais bien savoir ». Et oui, il existe des romans comme celui-là qui chamboulent tout.

Mon amour, restera « rangé dans ma mémoire, il est très précieux ».

 

 

En savoir plus :

  • Mon amour,, Julie Bonnie, Éditions Grasset, avril 2015, 224 pages, 17,50 €

Check Also

Taipei, Histoires au coin de la rue

[CRITIQUE] « Tapei, histoires au coin de la rue » : Des nouvelles captivantes

La maison d’édition L’Asiathèque propose, avec Tapei, histoires au coin de la rue, un recueil …

De sang et de lumière Laurent Gaudé image couverture

♥ [CRITIQUE] « De Sang et de Lumière » de Laurent Gaudé : Une poésie belle d’engagement

De Sang et de Lumière, ce sont de longs poèmes comme des chants qui rendent …

Laisser un commentaire