//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / Une histoire américaine (2014), it’s chimique ! / Stubborn (2014), it’s chimique !

Une histoire américaine (2014), it’s chimique ! / Stubborn (2014), it’s chimique !

Fort du succès en festivals de son court-métrage Kingston Avenue en 2012, Armel Hostiou a débarqué à New York avec sa petite équipe pour en réaliser une version longue : « Le film s’est construit dans l’énergie du voyage… Tout ce que nous vivions pouvait potentiellement devenir le film. » Une histoire américaine (Stubborn), c’est l’histoire d’un petit Frenchy qui refuse d’admettre que le rêve américain, c’est terminé pour lui. Avec Vincent Macaigne et Kate Moran, bouleversants et le cœur brisé.

After showing his short film Kingston Avenue (2012) and getting positive reception in festivals, Armel Hostiou came to New York with a limited crew to make a feature out of it: “The film was built upon the energy of our trip… All the things we were experiencing could potentially become the film itself.” Stubborn is the story of a French guy who refuses to admit that his American dream is over. With Vincent Macaigne and Kate Moran, in a deeply touching performance as two broken hearts.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis : New York. Barbara (Kate Moran) met fin à sa relation avec Vincent (Vincent Macaigne). « Tu me fais rire, mais tu me fatigues », lui dit-elle. Or, Vincent n’envisage pas sa vie sans elle et s’obstine à vouloir la reconquérir…

© UFO Distribution
Dans Une histoire américaine, New York a perdu ses strass à force de craner. Filmée dans son manteau humide, poisseux et glacé, la ville qui ne dort jamais semble engloutir le petit français et ses rêves d’adolescent attardé. How (not) to make it in America…

Mal aimée car peut-être trop « codifiée » selon Vincent Macaigne, New York est pourtant un lieu singulier car au carrefour des mondes. Une rencontre fortuite avec une jolie étudiante étrangère (lumineuse Sofie Rimestad) est toujours possible, même quand on a trop bu et qu’on se trouve ennuyeux. Can I feel like being another person if I speak another language?

Écrivain, metteur en scène au théâtre et comédien, Vincent Macaigne a dorénavant trouvé sa place dans la création cinématographique française. Cumulant les rôles ces dernières années (citons La Bataille de Solférino [2013], 2 automnes 3 hivers [2013] ou bien encore Tristesse Club [2014]), c’est avec le film Tonnerre (2013) de Guillaume Brac que l’artiste nous écrase de tout son talent. Aussi attachant que tragique, Vincent Macaigne étouffe à nouveau l’écran de ses émois incongrus dans Une histoire américaine, et prolonge ainsi son exploration du personnage de looser en détresse.

© UFO Distribution
« C’était le leitmotiv : un type qui montre son téléphone portable aux passants et prend une ville à témoin de son désarroi amoureux » Armel Hostiou

Une histoire américaine raconte en fait la vie d’un homme qui se précipite tout droit vers sa chute sans même la voir venir. Dans son voyage au bout du pathos, Vincent nie l’évidence, s’enfonce et se couvre de honte, incapable de rester cohérent dans un monde qu’il ne comprend pas : « it’s chimique ! ». De ses mouvements de tête inexpliqués, comme s’il entendait des voix, Vincent oscille et dérange. Il serait grand temps de rentrer.

« Pour moi, ce film n’est pas qu’une histoire d’amour, c’est surtout l’histoire de quelqu’un qui bloque »
Vincent Macaigne

« because you might have fun, break out of your shell »
© UFO Distribution
Perdu entre deux langues, entre une femme qui le quitte (aura-t-elle trouvé l’homme de ses rêves entraperçu dans Les Rencontres d’après minuit [2013] ? pas sûr) et une autre qui le désire par-delà sa médiocrité, Vincent qui pleure comme s’il grogne paraît donner un air funeste à l’expérience de l’expatriation. Toujours est-il qu’Une histoire américaine a le mérite d’offrir au cinéma français des ailes éminemment grandes pour s’exporter.

GwenfromNY

En savoir plus :
http://www.ufo-distribution.com/catalogue/une-histoire-americaine/ (site officiel du distributeur)
https://www.facebook.com/Unehistoireamericaine (Facebook officiel)
– Sortie salles France : 11/02/2015

Check Also

The Meyerowitz Stories critique film photo

[CRITIQUE] « The Meyerowitz Stories » (2017), thérapie WoodyAlien par Noah Baumbach

The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach est le deuxième film Netflix de la compétition 2017 du Festival …

Barbara affiche critique film

[CRITIQUE] « Barbara » (2016), abyssale mise en abîme par Mathieu Amalric

Présenté en ouverture d’Un Certain Regard du Festival de Cannes 2017, Barbara de et avec …

Laisser un commentaire