//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / Oscars 2015, les temps forts de la cérémonie / the best moments of the show

Oscars 2015, les temps forts de la cérémonie / the best moments of the show

© Mark Suban/A.M.P.A.S.
Il était l’utra favori de cette édition 2015, cette nuit à Los Angeles, le nouveau film d’Alejandro González Iñárritu, Birdman, a dominé la compétition des Oscars en remportant quatre statuettes majeures dont celles du Meilleur film, Meilleur réalisateur et Meilleur scénario original. Ces récompenses saluent tout à la fois la finesse artistique et l’approche sociologique d’une œuvre qui dépeint le quotidien difficile d’un ex-star de cinéma, tombé dans les oubliettes. Le film est porté par le retour rocambolesque de son acteur principal Michael Kaeton, ancien Batman de Tim Burton.
À côté de cette razzia mesurée de prix pour BirdmanTitanic en avait gagné onze -, la grande messe américaine a laissé place à des moments impromptus, très politisés. Retour sur cette nuit blanche.

It was the favorite of this 2015 edition, this night in Los Angeles, the new Alejandro González Iñárritu‘s movie, Birdman, dominated the competition of Oscars by taking away four major statuettes as Best Picture, Best director ans Best original screenplay. These statuettes rewarded the artistic refinement and sociological approach of a work which depicts the difficult everyday life of one ex-movie star, sunk into oblivion. The film is led by the all thrills and spills comeback of his main actor Michael Kaeton, former Tim Burton’s Batman. Next to this moderate raid of prizes for Birdman – Titanic won eleven of them -, the ceremony had unexpected moments, very political. Return on this sleepless night.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Boyhood sous-estimé

 

© Michael Yada/A.M.P.A.S.
On avait pas de grand espoir mais pour autant, on aurait aimé que l’ambitieux projet de Richard Linklater, Boyhood, remporte la consécration ultime. Celui qui a tourné pendant douze ans ce film avec les mêmes comédiens pour raconter les péripéties d’une famille américaine lambda, avait clairement le soutien de la communauté cinéphile française, à en croire les nombreux tweets au cours de la cérémonie. Il ne repart pas bredouille puisque les votants y ont retenu l’excellente interprétation de Patricia Arquette avec l’Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle.
Patricia Arquette a d’ailleurs profité de cette tribune pour y livrer un discours engagé dénonçant la disparité de salaires entre hommes et femmes. Elle fut vivement soutenue par Meryl Streep qui, en bondissant de sa chaise, lui lança un grand signe d’approbation.

La tolérance : maître mot de la cérémonie

 

© Mark Suban/A.M.P.A.S.

L’Oscar du moment le plus émouvant de la soirée revient incontestablement à Graham Moore lorsqu’il a reçu l’Oscar du Meilleur scénario adapté pour le film Imitation Game. Le scénariste homosexuel a avoué avoir tenté de se suicider à seize ans en se rendant compte de sa différence. Il rajouta un « Restez bizarres, restez différents », faisant un parallèle avec le chemin parcouru par Alan Turing, scientifique homosexuel de génie et personnage central de son script. 

 
L’émotion est également palpable au moment de la remise de la meilleure chanson originale à la chanson Glory du film Selma qui retrace la lutte historique de Martin Luther King pour l’égalité entre les races. L’auteur-compositeur John Legend a prononcé un plaidoyer contre la discrimination, déclarant que les droits pour lesquels s’est battu Luther King sont de nouveau compromis aujourd’hui. 
 
Un show parfaitement maitrisé
 
© Michael Yada/A.M.P.A.S.

Comme à son habitude, la cérémonie a été savamment rythmée. Les pérégrinations de son présentateur, Neil Patrick Harris, ont donné un ton joyeux à cette soirée, notamment lorsqu’il a retracé en ouverture près d’un siècle de cinéma américain, avec une chorégraphie mêlant effets visuels et prestations vocales. 

 
La musique continuait de retentir lorsque le fabuleux Whiplash de Damien Chazelle a reçu ces trois récompenses, dont celle du Meilleur second rôle masculin pour J. K Simmons.  Le film avait été le coup de cœur surprise du public français de la fin d’année 2014. 
 
Quelques déceptions…
 
Si on attend impatiemment de pouvoir découvrir en France la prestation de Julianne Moore qui a remporté la statuette de  Meilleure actrice pour son interprétation dans Still Alice, on est surpris que Bradley Cooper ne soit pas reparti avec la récompense pour son rôle dans American Sniper (Oscar Meilleur montage sonore). Les votants auront préféré Eddie Redmayne dans Une merveilleuse histoire du temps
 

Enfin, la déception est également de mise pour le film Timbuktu, fier de ses sept César mais qui n’aura finalement pas réussi à l’emporter sur l’austère Ida dans la catégorie du Meilleur film étranger.

Antoine Corte

 

 

En savoir plus :
http://oscar.go.com/ (site officiel anglophone des Oscars)
http://www.canalplus.fr/c-cinema/pid3694-c-ceremonie-des-oscars-2015.html (site du diffuseur français de la cérémonie)

Check Also

Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 affiche

[CRITIQUE] « Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 » (2017) de James Gunn

Après le succès inattendu du premier opus, James Gunn rempile pour Les Gardiens de la …

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] « Message From The King » (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz part aux Etats-Unis pour tourner son film Message From The King. …

Laisser un commentaire