//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / L’Affaire SK1 (2014), mi-homme, mi-bête / half-human, half-beast

L’Affaire SK1 (2014), mi-homme, mi-bête / half-human, half-beast

L’Affaire SK1, une plongée rigoureusement documentée dans les couloirs de la Brigade Criminelle du 36, quai des Orfèvres. Le réalisateur Frédéric Tellier retrace sur près de dix années d’enquêtes, d’impasses et de doutes la traque du « tueur de l’est parisien » à la fin des années 90.

L’Affaire SK1, behind the walls of 36, quai des Orfèvres Crime Squad. Director Frédéric Tellier looks back at a ten-year investigation on what was called the hunting of « the killer of Eastern Paris » in the late 90s.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis : Franck Magne (Raphael Personnaz) fait ses débuts à la Brigade Criminelle. Lorsqu’on lui confie le dossier d’une femme sauvagement assassinée, le jeune inspecteur tente d’établir des liens avec d’autres affaires non résolues. Il s’agit là de l’enquête de sa vie.

© SND

Passionné par la question du Mal, convaincu que l’affaire Guy George pourrait faire l’objet d’un film de par sa « charge émotionnelle », Frédéric Tellier n’a pas hésité à aller à la rencontre des policiers et avocats, mais aussi des familles des victimes, pour témoigner de leur vie à jamais tourmentée. Le procès retentissant de Guy George a marqué les esprits car avec lui s’officialise le recours au fichage par ADN permettant dorénavant de définir « l’empreinte génétique » d’un tueur.

L’Affaire SK1 se révèle d’une grande sécheresse visuelle. D’abord matérielle et granuleuse comme les pellicules de l’époque, l’image devient peu à peu glaciale au passage à la HD. L’Affaire SK1 n’épargne pas ses spectateurs, forcés de s’attarder sur les scènes de crimes, d’autant plus insoutenables à regarder qu’elles décrivent des lieux de vie bien trop familiers… Entouré d’un casting haut de gamme (Raphael Personnaz, Olivier Gourmet, Nathalie Baye), Adama Niane assume avec puissance le rôle impossible de Guy George, mi-homme, mi-bête, tortionnaire au regard doux capable de la pire des barbaries, qui laisse une salle d’Assises, pourtant comble, seule face à elle-même. Pétrifiée dans sa perplexité.

GwenfromNY

En savoir plus :
http://www.snd-films.com/ (site officiel du distributeur)

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire