//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / À la vie (2014), histoire des Trois Glorieuses / story of the Three Glorious Women

À la vie (2014), histoire des Trois Glorieuses / story of the Three Glorious Women

Cinq ans après son précédent film, Jean-Jacques Zilbermann reprend la caméra pour nous embarquer dans une reconstruction convaincante d’une existence d’après-guerre. Inspiré par une histoire vraie, il nous propose un film ressourçant, emporté par des airs yiddish : À la vie.

Five years after his previous film, Jean-Jacques Zilbermann is back to direct a convincing reconstruction of a post-war existence. Inspired by a true story, he offers us a resourceful film with Yiddish tunes: À la vie.

More in English >>

Synopsis : Nous sommes durant les Trente Glorieuses. Trois femmes, Hélène (Julie Depardieu) Lili (Johanna ter Steege) et Rose (Suzanne Clément) survivantes des camps de concentration d’Auschwitz, se sont séparées suite à la fin de la guerre. Elles se réunissent sur les plages de Berck et se voient, comme pour la première fois.Ce sont une salve d’applaudissements et une grande émotion qui ont submergé les spectateurs à la suite du générique de fin, mais pas seulement. Alors que je m’attendais à une projection mélodramatique, c’est un film tout en nuances et adroitement orchestré par le réalisateur Jean-Jacques Zilbermann que j’ai découvert.

© D.R.

C’est de plein fouet que l’on prend les premières scènes, obscures, où nous sommes plongés, un infime instant, dans l’horreur des camps. Une atmosphère et des images reflétant la lutte pour la survie. Peu à peu, le film et les images reprennent des couleurs par le biais des personnages qui éclosent et sous l’égide d’une ambiance sixties.

Parachutée chez elle, où le temps s’est figé sur le dernier repas pris avant la déportation, Hélène est encore prisonnière de la peur et la crainte. Son visage et ses gestes sont empreints d’une douce fragilité. C’est une interprétation subtile que nous offre Julie Depardieu, qui nous emporte et nous charme tout au long du film à travers l’épanouissement et la métamorphose progressive de son personnage. 

 

© D.R.

Jean-Jacques Zilbermann nous berce délicatement dans un savoureux contraste entre la légèreté présente et la brutalité vécue, au rythme de la musique (aux saveurs yiddish) d’Eric Slabiak. La primauté est donnée à la découverte. Chaque instant que nos « Trois Glorieuses » passent ensemble, est inaugural : faire un repas traditionnel ensemble, déguster une glace, danser, regarder l’horizon tout en étant caresser par la mer, partager les plaisirs simples et obsolètes d’une existence retrouvée. Un bonheur à porter de main…

Pourtant aucune de ses trois femmes n’apprécient leur quotidien, terne. Ces retrouvailles vont permettre à chacune, de se délester d’un pesant fardeau. Une liberté enfin reconquise qui va les autoriser à ouvrir les bras… à la vie.

 

En savoir plus:
– http://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/a-la-vie/ (site officiel du distributeur)

Check Also

Le Sens de la fête image 2

« Le Sens de la fête » (2017) : Nouveau teaser du film avec Jean-Paul Rouve

Découvrez un teaser avec Jean-Paul Rouve du long métrage Le Sens de la fête d’Eric …

Le Sens de la fête image 4

« Le Sens de la fête » (2017) : Un teaser et des images du nouveau film des réalisateurs de « Intouchables »

Découvrez un teaser et des images du film Le Sens de la fête, la nouvelle …

Laisser un commentaire