//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / THEATRE: « Début de fin de soirée » de/by Clément Michel

THEATRE: « Début de fin de soirée » de/by Clément Michel

Après avoir animé les soirées d’été de la Comédie Caumartin, la pièce Début de fin de soirée, écrite en 2005 par Clément Michel et mise en scène par Anthony Marty, revient au Théâtre des Variétés pour une saison hivernale qui promet d’être déjantée.

After busy summer evenings at the Comédie Caumartin, the play Début de fin de soirée, written in 2005 by Clément Michel and directed by Anthony Marty, is back at the Théâtre des Variétés for a winter season that promises to be crazy.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Il est 2 heures du matin, Félix (Arnaud Cermolacce) et Mathilde (Laure Mathurier) ont reçu plusieurs amis à dîner. Alors que la plupart des convives sont partis, ils n’arrivent pas à se débarrasser d’Eric (Anthony Marthy), bien décidé à prolonger la soirée jusqu’au bout de la nuit. Le désarroi du couple va s’accentuer lorsque Christelle (Virginie Molina), femme volage et puérile, va ressurgir pour continuer la fête. 
Dans une démarche pleinement réaliste, l’auteur de la pièce s’attaque à un phénomène social universel, celui des fins de soirées. Elles sont intenses et pleines de frénésie pour certains alors que d’autres les trouvent terriblement ennuyeuses. La confrontation entre les deux ressenties créée une pièce ancrée dans la comédie de boulevard.

 © D.R.

L’écriture est certes concentrée sur des situations cocasses tirées par les cheveux. Cependant, cette exagération est la source même du plaisir du spectateur à voir l’auteur maltraiter ses personnages. Il leur fera porter des costumes ridicules, danser sur de la musique rétro…

Si le sujet de départ tourne autour d’une réflexion simple autour de la valeur de l’amitié pour ces trentenaires installés, on bascule peu à peu dans une dramaturgie fantasque permettant de faire ressurgir les secrets et les non-dits. Aussi, dans un premier acte, les pérégrinations alcoolisées d’Eric, face au couple qui cherche à l’évacuer, amusent. Habillé en cafard géant, il investit les lieux et il est bien difficile de s’en débarrasser. Tout se complexifie lorsque Christelle rentre en scène. On sent d’emblée que ce personnage haut en couleurs va tout bouleverser dans l’histoire. Elle va notamment jouer un jeu de séduction, passant par des danses frénétiques aux propositions indécentes à Bob (Badr Iffach), le livreur de pizza squatteur. Ce dernier est la touche piquante de la comédie avec ses blagues osées et décomplexées. 
 © D.R.

Pour interpréter ces personnages singuliers, on sent que les membres de la troupe sont devenus in fine une belle bande de potes qui s’échangent des regards complices durant la représentation, notamment lorsqu’un fou rire incontrôlé mais bien heureux, vient s’immiscer au milieu des dialogues. Plus particulièrement, Arnaud Cermollacce a un potentiel comique à la Dujardin. Il est charismatique dans ses mimiques burlesques tout en ayant un ton singulièrement sérieux dans ses répliques. Petit coup de cœur également pour la fraicheur de Laure Mathurier qui donne paradoxalement un côté très frêle à Mathilde, pourtant femme forte et de caractère.

On aime beaucoup le ton enjoué, parfois chantant, de cette petite comédie sans prétention qui fait passer un bon début de soirée.

Antoine Corte

En savoir plus
http://www.theatre-des-varietes.fr/ (site officiel du Théâtre des Variétés) 
– Horaires : Du mardi au samedi à 21H00 et le dimanche à 17H00

Check Also

En attendant Godot Laurent Fréchuret image (c) Christophe Raynaud de Lage

[CRITIQUE] « En attendant Godot » de Laurent Fréchuret

Ce sont de drôles de clowns qui sont venus nous conter l’absurde à La Fabrique …

HÉLA FATTOUMI ÉRIC LAMOUREUX Manta image (c) Laurent Philippe

[CRITIQUE] « Manta » d’Héla Fattoumi et Éric Lamoureux

Le Théâtre de Lons-le-Saunier (Les Scènes du Jura) a accueilli, le mardi 28 mars 2017, …

Laisser un commentaire