//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / CINEMA: « White Bird » (2014), une femme disparaît / « White Bird in a Blizzard » (2014), the lady vanishes

CINEMA: « White Bird » (2014), une femme disparaît / « White Bird in a Blizzard » (2014), the lady vanishes

Eva Green (Sin City : j’ai tué pour elle, The Salvation) vient hanter les rêves adolescents de Shailene Woodley (Divergente, Nos étoiles contraires) dans le nouveau film de Gregg Araki (Mysterious Skin, Kaboom) : White Bird. Retour sur un film lumineux en contraste avec la noirceur de son propos.

Eva Green (Sin City : A dame to kill for, The Salvation) haunts the dreams of the teenager Shailene Woodley (Divergent, The Fault In Our Stars) in the new Gregg Araki‘s film (Mysterious Skin, Kaboom): White Bird in a Blizzard. Back on a bright film that contrasts with the darkness of its subject.

More in English >> (Translation in progress, come bubble later)

Synopsis : Kat Connors (Shailene Woodley) a 17 ans lorsque sa mère (Eva Green) disparaît sans laisser de trace. Alors qu’elle découvre au même moment sa sexualité, Kat semble à peine troublée par cette absence et ne paraît pas en vouloir à son père (Christopher Meloni), un homme effacé. Mais peu à peu, ses nuits peuplées de rêves vont l’affecter profondément et l’amener à s’interroger sur elle-même et sur les raisons véritables de la disparition de sa mère…

© Matt Kennedy
Why Not Productions – Desperate Pictures

Après Mysterious Skin, Gregg Araki adapte un nouveau roman au cinéma : Un Oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke.
Toujours fasciné par la période de transition qu’est l’adolescence, Gregg Araki se penche sur la virilité, la sexualité et les premiers amours. Il part du foyer familial américain modèle et le fait exploser. L’absence soudaine de cette mère (campée par le charme vénéneux d’Eva Green) va peu à peu s’immiscer dans les rêves de plus en plus étranges de sa fille (jouée par l’actrice montante Shailene Woodley).
Au final, White Bird se révèle être une lumineuse et sombre chronique de la famille d’une adolescente. Un léger regret sur la fin un peu trop explicative.
jici

Facebook officiel : https://fr-fr.facebook.com/WhiteBirdLeFilm

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire