//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Mange tes morts” (2014) de Jean Charles Hue : Voyage au bout de la nuit

[CRITIQUE] “Mange tes morts” (2014) de Jean Charles Hue : Voyage au bout de la nuit

Nouvelle incursion du réalisateur Jean-Charles Hue (La BM du Seigneur) dans l’univers des gens du voyage avec Mange tes morts (2014), film sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs et vainqueur du Prix Jean Vigo cette année. Préparez-vous à un voyage jusqu’au bout de la nuit.

Synopsis :

Jason Dorkel (Jason François), 18 ans, appartient à la communauté des gens du voyage. Il s’apprête à célébrer son baptême chrétien alors que son demi-frère Fred (Frédéric Dorkel) revient après plusieurs années de prison. Ensemble, accompagnés de leur dernier frère, Mickaël (Michael Dauber), un garçon impulsif et violent, les trois Dorkel partent en virée dans le monde des « gadjos » à la recherche d’une cargaison de cuivre.

Mange tes morts :
Un regard très intéressant sur le vivre ensemble

 

Qu’est-ce que le cinéma ?

À cette question qui opposent décideurs, créateurs, critiques et distributeurs, plusieurs réponses sont possibles.

L’une d’elle pourrait être (pour reprendre Gilles Deleuze) que le cinéma  est une nouvelle configuration de notre espace et de notre temps. Mange tes morts fait bien entendu partie de cette catégorie. Dès le début du film, une chasse au lapin sur une moto au milieu d’un champ confirme cela. Nous sommes dans une communauté de gens du voyage où le jeune Jason Dorkel (Jason François) s’apprête à célébrer son baptême chrétien. Mais rien n’est expliqué. Le réalisateur nous plonge directement dans le quotidien de ces personnages et nous ne comprenons qu’au fur et à mesure les tenants et les aboutissements de ce qui se passe.

Mange tes morts image 1
© Capricci Films

Qui dit communauté dit traditions, façon d’être et façon de parler différentes. Regard très intéressant dans une époque où le vivre ensemble est de plus en plus problématique. En effet, le film Mange tes morts se passe en France, les personnages parlent français (un français agrémenté d’expression bien à eux, soit) et pourtant il est sous-titré.

Une immersion dans l’ailleurs

 

Même dans la langue, l’ailleurs est présent et participe à notre immersion. La langue si ordinaire pour nous qu’est le français revit à travers de longues discussions sans fin rythmées d’accents et d’idiomes différents : “chmidts” (policiers), “pral” (frère), “tchouraver” (voler), “chtar” (prison), … et surtout “mange mes morts”, insulte suprême qui signifie renier ces ancêtres.

Un autre langage mais aussi un autre corps. Comme le cinéaste Bruno Dumont qui aime travailler avec des non-professionnels, Jean-Charles Hue filme des corps  peu vus au cinéma. Ici, pas de gueules d’acteurs mais des gueules de personnages comme celle imposante de Frédéric Dorkel (déjà vue dans La BM du Seigneur) qui portera l’odyssée du film sur ses larges épaules. Proche du Larry Clark de Kid, Jean-Charles Hue se plaît à jouer de ces corps réels dans la fiction. On sent ici le plaisir de faire du cinéma avec une matière brute et de la faire palpiter sous les pixels.

Une aventure cinématographique jusqu’au-boutiste

 

Mange tes morts image 2
© Capricci Films

Mais revenons un peu au récit du film. Le jeune Jason, 18 ans, est à un âge charnière où il doit choisir entre devenir un bon chrétien ou devenir un “bon” voleur. Mais tout bascule quand  le demi-frère de Jason, Fred (Frédéric Dorkel), sort de prison. Fasciné par lui, Jason va le suivre avec son autre frère Mickaël (Michaël Dauber) et son cousin Moïse (Moïse Dorkel). Ensemble, ils vont comme descendre dans les entrailles de la Terre (magnifique scène souterraine) pour récupérer une vieille Renault Alpine tout juste retapée. Revenus à la surface, ils vont ensuite rouler toute une nuit dans le monde des “gadjos” (ceux qui ne font pas partie de la communauté) à la recherche d’une cargaison de cuivre à “tchouraver”.

Récit initiatique aux superbes et mystérieuses images (Jonathan Ricquebourg à l’image), Mange tes morts est un film unique, un road-movie de 1h30 loin des sentiers battus. Si le film peut se perdre à certains moments et accuser des longueurs, il en restera à la fin la beauté du geste, la fraîcheur de l’essai et le plaisir de l’exploration.

CTu sais, mon frère, dans la vie, il faut payer se dîme. Tout tchouraveur, tôt ou tard, il paie sa dîme. Et moi… ma croyance, c’est ça.
— Fred Dorkel

Pour conclure Mange tes morts est une aventure cinématographique jusqu’au-boutiste (maintenant si rare) qu’il faut absolument vivre.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 17/09/2014
  • Distribution France :  Capricci Films
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Check Also

Prix France Culture Cinéma des étudiants 2017 image sélection films

Prix France Culture Cinéma des étudiants 2017 : La sélection

Pour la troisième année consécutive, France Culture soumet une sélection de films soutenus par la …

De sas en sas rachida brakni affiche

[CRITIQUE] “De sas en sas” (2016) de Rachida Brakni : En attendant le parloir

Après le théâtre (Face au paradis, Victor), De sas en sas est le premier film …

Laisser un commentaire