//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / « Les Gardiens de la Galaxie » (2014), le blockbuster geek de l’été

« Les Gardiens de la Galaxie » (2014), le blockbuster geek de l’été

En attendant la sortie du blockbuster chinois, Détective Dee 2 : La Légende du Dragon des Mers de Tsui Hark, voici un des blockbusters geek de l’été : Les Gardiens de la Galaxie de James Gunn. Originalité de l’intrigue : les habituels surhommes marvelliens appelés à sauver le monde, voire l’univers, sont remplacés par une bande de losers hors-la-loi. Envie d’embarquer ? C’est parti !
     

Synopsis :

Enlevé quand il était petit par une bande de hors-la-loi mené par un certain Yondu (Michael Rooker), le petit Peter Quill (Chris Pratt) est devenu en grandissant un membre de cette bande. Hors-la-loi, sa vie va basculer le jour où il met la main sur un mystérieux globe très convoité, l’Orbe. Pour contrer la menace que fait peser sur l’univers le vindicatif et puissant Ronan l’Accusateur (Lee Pace), il se retrouve alors bien malgré lui obligé de former une alliance fragile avec un raton-laveur génétiquement modifié, Rocket Raccoon (Bradley Cooper en V.O.), un arbre humanoïde Groot (Vin Diesel en V.O.), une meurtrière alien Gamora (Zoe Saldana) et un psychopathe assoiffé de vengeance, Drax le Destructeur (Dave Bautista). Mais cela suffira-t-il pour  sauver l’univers ?

     
Un film cool ?

 

Les Gardiens de la Galaxie image 1
© Marvel Studios

Le premier plan du film Les Gardiens de la Galaxie est un très gros plan sur un walkman diffusant la chanson Hooked On A Feeling du groupe suédois Blue Swede (chanson utilisée tantôt par Quentin Tarentino dans Reservoir Dogs [1992]). Dans ce plan, le numérique 3D relief filme l’analogique 2D « plat » et cette musique donne le ton voulu du film : cool. Nous sommes alors en 1988.

Flash-forward et nous retrouvons Peter Quill à la recherche d’un mystérieux globe, l’Orbe, pour le compte du chef de sa bande, Yondu. Mais après avoir échappé aux hommes de Ronan l’Accusateur à la recherche aussi de l’objet, Peter a la bonne idée de trahir son chef et de revendre l’objet pour lui-même. Bien lui en prend car cela lui permet de faire la connaissance du duo atypique de chasseurs de prime, Rocket Raccoon et Groot,  qui sont à sa poursuite pour la prime, mais aussi de la ravissante mercenaire à la solde de Ronan, Gamora.

Évidemment, cette réunion entre gens de bonne famille aboutit immanquablement à de  spectaculaire scènes d’action et de destruction dans la petite ville tranquille de Xandar. Alors forcément, tout ce petit monde se retrouve escorté par la police de la ville, la N.O.V.A Corps, en prison où ils ont la joie de rencontrer le dur au cœur tendre, Drax le Destructeur.

Ces retrouvailles s’annoncent corsées, surtout que Drax s’intéresse particulièrement à Gamora dont le Ronan de chef a massacré sa famille. Belle vengeance en perspective donc dans une prison où les gardiens ferment facilement les yeux. Mais attendri par le beau corps vert de la Belle, Peter Quill a la bonne idée de former une improbable association avec tout ce petit groupe et de mettre en place un improbable et spectaculaire plan d’évasion pour s’échapper, vendre l’Orbe et devenir riches…

Malheureusement, Ronan a d’autres projets pour eux.

Les Gardiens de la Galaxie,
une mise en scène peu inspirée

 

Les Gardiens de la Galaxie image 2
© Marvel Studios

Soyons honnête, si vous n’êtes pas un fan du comics ou du genre, il sera difficile de s’intéresser à l’histoire improbable de ces bras cassés de l’espace et ce, malgré l’originalité de son point de départ. En effet, la mise en scène de James Gunn est peu inspirée et l’utilisation de la 3D sans réel intérêt dans Les Gardiens de la Galaxie.

Reste la capacité des scénaristes à créer de l’empathie pour des persos à partir de l’histoire éculée de personnages que tout oppose mais qui sont obligés de faire équipe ensemble. Si les gags peuvent être répétitifs et un poil éculés (comme Groot répétant sans cesse « I am Groot »), le thème de l’amitié irrigue le film où les personnages apprendront peu à peu que c’est en faisant partie d’un groupe, voire d’un Tout, qu’ils pourront enfin donner un sens à leur vie et oublier leurs traumatismes passés.

Et parmi les comédiens qui jouent leur partition sans surprise dans Les Gardiens de la Galaxie, on relèvera les apparitions du sourire de John C. Reilly dans le rôle de Rhomann Dey, directeur de la N.O.V.A Corps.

Bref, la franchise Marvel nous ayant habitué à mieux jusque-là, pas sûr que nous confierions les clés de la maison à ces Gardiens de la Galaxie avant de partir en vacances l’été.

Et vous ?

 

Update: 13/08/14

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie : 13/08/2014
  • Distribution France : The Walt Disney Company France 

Check Also

The Meyerowitz Stories critique film photo

[CRITIQUE] « The Meyerowitz Stories » (2017), thérapie WoodyAlien par Noah Baumbach

The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach est le deuxième film Netflix de la compétition 2017 du Festival …

Barbara affiche critique film

[CRITIQUE] « Barbara » (2016), abyssale mise en abîme par Mathieu Amalric

Présenté en ouverture d’Un Certain Regard du Festival de Cannes 2017, Barbara de et avec …

Laisser un commentaire