//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / CINEMA: « Enemy » (2013), être face à son double / to face our double

CINEMA: « Enemy » (2013), être face à son double / to face our double

Devenu célèbre grâce à Incendies (2010) qui remporta l’Oscar du Meilleur Film Étranger, le réalisateur Denis Villeneuve revient avec son dernier film, Enemy. Pour ce faire, il fait tourner à nouveau dans le rôle-titre l’acteur Jake Gyllenhaal, juste après Prisoners (2013), en le confrontant cette fois-ci à un délire schizophrénique.

Famous since Incendies (2010) which wins the Oscar for Best Foreign Film, the director Denis Villeneuve is back with his latest film, Enemy. He still directs Jake Gyllenhaal for the leading role, just after Prisoners (2013).
More in English >>

Adam (Jake Gyllenhaal) est un professeur timide. Il mène avec Mary (Mélanie Laurent) une histoire d’amour platonique mais frustrante. Un jour, en regardant un film, il découvre qu’un acteur, Anthony, a exactement le même visage que lui. Adam part à la rencontre de ce comédien et de sa mystérieuse femme enceinte (Sarah Gadon). Cependant, il va tomber dans un traquenard identitaire engendrant des sacrifices.

© Capelight pictures
Dès l’ouverture du film, on reconnaît la pâte singulière du réalisateur qui s’amuse à jouer avec les émotions de spectateur. Une phrase est lâchée en introduction : « le chaos est un ordre qui n’aurait pas été déchiffré ». C’est une sorte de dogme qui immerge dans cet univers de fiction. À l’image, une réunion sectaire a lieu durant laquelle des femmes, avec des têtes d’aranéides, jouent sensuellement avec une mygale.
Comme dans sa précédente filmographie, le mystère Villeneuve est bien présent. Il est renforcé ici par l’incursion du fantastique,  rendant à cette œuvre une dimension très personnelle. Aussi, les nombreuses énigmes distillées tout au long du film ne trouvent pas forcément de réponses formelles. Il faut plutôt axer sa réflexion sur la métaphore filée d’un état de malaise pour les deux protagonistes, Adam et Anthony. Il est très fortement ressenti grâce notamment à un thème musical utilisant à n’importe quel moment des fortes percussions, façon d’accroitre cette intensité dramatique.
© Capelight pictures
Adam est pourtant un personnage routinier. Le réalisateur le montre en filmant un cycle répétitif de scènes de cours à l’université puis de scènes prises dans son intimité, notamment ses moments de sexe avec Mary. Le protagoniste, comme le spectateur, se sent alors piégé dans ce quotidien pesant. Aussi, l’arrivée d’Anthony va casser ce confort de vie. Il y a alors une remise en cause de son identité.
La thématique de l’araignée est également le fil rouge de cette œuvre. Elle tisse sa toile sur tous les plans : les vues aériennes, le pare-brise d’une voiture… Elle représente le symbole d’une femme forte et castratrice qui est unique, contrairement à l’homme qui lui est multiple et remplaçable.
Pour symboliser cette dichotomie entre les sexes, il fallait trouver des actrices charismatiques. Mélanie Laurent et Sarah Gadon assurent. Elles se répondent en axant respectivement leur jeu d’une part sur les blessures d’un amour monotone et d’autre part sur la manipulation dans la vie de couple. Jake Gyllenhaal est quand à lui ce colosse fragile qui se confronte admirablement bien à ces déesses de l’enfer. 
Aussi, Denis Villeneuve livre ici son œuvre la plus intimiste. Moins rythmée que ses précédentes réalisations, celle-ci distille cependant une froideur et une intensité inégalée.

Antoine Corte

En savoir plus : https://www.facebook.com/Enemy.lefilm?fref=ts (Facebook officiel)


Adam (Jake Gyllenhaal) is a shy teacher. He lives with Mary (Melanie Laurent) a platonic but frustrating love story. One day, while watching a movie, he discovers an actor, Anthony, who has exactly the same face as him. Adam goes to meet this actor and his mysterious pregnant woman (Sarah Gadon). However, he will fall into a trap of identity that will generate some sacrifices.

The singular style of the director who likes to play with the viewer is still here. The Villeneuve’s mystery is present during the entire film. The theme of the spider is the theme of this film. It spins its cobweb on all fronts: aerial views, the windshield of a car… It is a symbol of a strong and castrating woman. Also, Denis Villeneuve gives us his most intimate film. With less rythm than in his previous films, it however distills coldness and unequalled intensity.

Antoine Corte

Official website: http://enemy-movie.com/

Check Also

Le grand méchant renard et autres contes affiche

[CRITIQUE] « Le Grand méchant renard et autres contes » (2017) de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Après son succès en librairie aux éditions Delcourt, Le grand méchant renard de Benjamin Renner …

K.O. affiche

[CRITIQUE] « K.O. » (2017) : Le mystère selon Fabrice Godert

Après des débuts sur grand écran très remarqués (Simon Werner a disparu nominé pour le …

Laisser un commentaire