//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / “Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers” (2013), une mise en scène 3D épatante !

“Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers” (2013), une mise en scène 3D épatante !

Il ne faut pas se tromper, Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers (狄仁杰之神都龙王, 2013) n’est pas une suite mais un préquel. Tsui Hark et ses scénaristes s’intéressent maintenant au passé du détective et à ce qui a conduit à lui donner une telle notoriété dans son pays.
   

Synopsis :

Sous la dynastie Tang, une mystérieuse créature coule presque toute la flotte impériale. Pour les habitants de Luoyang, il s’agit d’un dragon des mers. Pour l’apaiser, la plus belle courtisane, Yin (Angelababy), est enfermée dans le Temple du Dragon des Mers. Pendant ce temps, l’impératrice Wu (Carina Lau) ordonne à Yuchi Zhenjin (William Feng), Commissaire en chef du Temple Suprême, d’enquêter.
Au même moment, Dee Renjie (Mark Chao), le futur Détective Dee, s’apprête à prendre ses nouvelles fonctions au Temple Suprême. Mais sur la route, il croise un groupe d’étrangers et comprend qu’ils projettent de kidnapper Yin…

    
Un bon film 3D chinois ?

 

Alors qu’aux États-Unis, la mode est à l’adaptation de comics dans les blockbusters, les chinois adaptent les héros populaires de la période impérial. Retour au cinéma du Sherlock Holmes chinois, le Détective Dee, personnage ayant réellement vécu sous la dynastie Tang entre 630 et 700 et dont la vie a été romancé par de nombreux auteurs et remis au goût du jour par le réalisateur Tsui Hark dans un précédent opus (Détective Dee : Le Mystère de la flamme fantôme, 2010).

On est toujours un peu méfiant à l’égard des blockbusters chinois estampillés 3D. La mode 3D relief a envahi si rapidement le pays que presque tous les films doivent être affublés de ce logo pour avoir une chance de rencontrer leur public dans les salles officielles. Aussi, passé les premières scènes de mise en place du contexte (les pays en guerre, les dynasties en présence), le film commence par une scène 3D pas très réussie où une flotte de plusieurs bateaux est terrassée par un mystérieux dragon des mers. Au vue de la qualité des effets spéciaux 3D de cette scène d’ouverture, notre à-priori de départ semble se confirmer.

Autre récurrence dans ce cinéma commercial : les personnages principaux (Yuchi, Dee et Yin) font leurs apparitions respectives dans de magnifiques costumes et coiffures traditionnels mais modernisés. Presque trop beaux pour être vrais mais passons.

Scénario et mise en scène s’attellent ensuite à différencier les deux “héros” du film, Yuchi et Dee, par une scène d’action très incongrue où leurs façons de sauver “la veuve et l’orphelin” diffèrent : Yuchi est rapide et se bat avec des armes tandis que Dee est observateur et se bat sans arme.

Une 3D à la fois captivante et amusante

 

Bref, ces premières scènes annoncent une suite pas très folichonne et on commence déjà à regretter de  porter de si lourdes lunettes estampillées 3D pour un tel film. Mais nous restons, en souvenir du premier opus (2D), avec Andy Lau dans le rôle-titre, qui nous avait séduit.

Arrive alors la scène de kidnapping de la courtisane Yin au Temple du Dragon des Mers. Celle-ci va justifier enfin l’utilisation de cet encombrant relief que nous avons tant décrié jusque-là. Accouru pour sauver la courtisane, Dee va s’opposer à ses ravisseurs dans une chorégraphie de combats magnifiés par d’incroyables ralentis 3D. Commence alors une utilisation de la 3D à la fois captivante (scènes de combat spectaculaires) et amusante (par exemple, les images de flash-back incrustées dans l’arrière-plan de l’image).

Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers,
kitsch mais efficace

 

Évidemment, le film n’évite pas les écueils en privilégiant les prouesses techniques (actions, décors, costumes) au détriment de l’histoire mais la qualité de la mise en scène finit par nous emporter jusqu’à la résolution finale.

En résumé, Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers ne sera probablement pas le blockbuster de l’année (de mon côté, je préfère l’excellent Edge of Tomorrow de Doug Liman) mais le savoir-faire du réalisateur Tsui Hark parvient à sublimer une histoire non exempte de kitsch (il fallait oser filmer un “monstre des marais” de carton-pâte en 2013 !).

Aussi, si vous êtes un(e) fan du genre ou de 3D, ne boudez pas votre plaisir !

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 06/08/2014
  • Distribution France : The Jokers / Le Pacte 
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Check Also

Affiche Message From The King

[CRITIQUE] “Message From The King” (2017) : Fabrice du Welz à L.A.

Le belges Fabrice du Welz est parti aux États-Unis pour tourner son film Message From The …

HIPPOCRATE - affiche

[CRITIQUE] “Hippocrate” (2014) de Thomas Lilti : Quoi de neuf, docteur ?

Vincent Lacoste a grandi depuis Les Beaux Gosses (2009), il est maintenant interne des Hôpitaux …

Laisser un commentaire