//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / « Hôtel de la plage » (2014), une intrigante série estivale

« Hôtel de la plage » (2014), une intrigante série estivale

Suite de notre périple à travers la sélection de séries françaises du Festival Séries Mania. Aujourd’hui, retour sur la prochaine série estivale de France 2 : Hôtel de la plage de Fabienne Lesieur et Lorène Delannoy.

 

hotel de la page image
© Gilles Scarella FTV

Synopsis :

Dans une station balnéaire, cinq familles se retrouvent comme chaque année à l’Hôtel de la plage pour la parenthèse estivale tant attendue.

Hôtel de la plage :
un hôtel de clichés ?

 

Bon, avec les clichés habituels de ce genre de série (4 familles différents dont une famille coincée et une famille de prolétaires ; des problèmes entre belle-mère et belle-fille ; du langage de jeunes à gogo ; etc.) et avec des premières scènes dignes d’un Plus belle la vie ou d’un Sous le soleil (certains des scénaristes ont d’ailleurs travaillé sur cette dernière), j’ai failli prendre mes jambes à mon cou quand surprise, le coincé Martin (Jonathan Zaccaï) se met à entendre les premières mesures de la chanson Qui De Nous Deux de M au moment où l’adolescente Carla (Juliet Lemonnier) découvrent ses seins nus et décorés d’un serpent avant d’aller se baigner dans la mer…

Série de 6×52min écrites à huit mains (Lorene Delannoy, Frédéric Faurt, Fabienne Lesieur, Marie Roussin), Hôtel de la plage a été diffusée cet été 2014 sur France 2. Inspiré d’un film éponyme de Michel Lang, sorti en 1978, cette série aborde avec légèreté des histoires d’adultère, de puberté, d’homosexualité, de divorce… avec une vingtaine de personnages.

Tourné sur 13 semaines à Ronce-les-Bains et dans la région de Royan, la série présente les espaces habituels de la série estivale : plage, marché, hôtel, port, etc.. On y retrouve les mêmes personnages (grands-parents, parents, adolescents et enfants) et ce même souci de la diversité (diversités religieuse, sexuelle et sociale) pour toucher le plus large public possible et maximiser les conflits potentiels.

Une série estivale sans surprise ?

 

Mais cette série cache aussi quelques surprises :

  • la femme coincée de Martin, Isabelle (Sophie-Charlotte Husson), qui est un personnage proche de la rousse Bree de Desperate Housewives ;
  • la jeune Lolita Carla qui a un petit air de Sara Forestier à ses débuts ;
  • un Martin en pleine crise de la quarantaine et dont les fantasmes visualisés à l’écran sont précédés à chaque fois de la musique de M.

Bon, on croit moins en l’intrigue policière ajoutée pour dramatiser un peu plus la série mais le charme de Karina Testa (Kaboul Kitchen, Odysseus) est toujours présent.

Bref, pas facile de se faire une opinion totalement tranchée sur la série.

D’un côté, c’est l’habituelle série estivale sans surprise pour public familial.

Mais de l’autre, quatre personnages, quatre comédiens (Jonathan Zaccaï, Sophie-Charlotte Husson, Karina Testa et Juliet Lemonnier) amènent des corps, des plans un peu plus étranges par rapport à des histoires de familles plus classiques.

À juger sur la durée.

À suivre.. 🙂

 

 

En savoir plus :

 

Check Also

Ozark saison 1 affiche

[CRITIQUE] « Ozark » saison 1 : Jason Bateman à contre-emploi

La série Netflix Ozark de Bill Dubuque et Mark Williams est présentée par nos confrères …

AFFICHE BIARRITZ SURF GANG

[CRITIQUE] « Biarritz Surf Gang » (2017) : Les punks font du surf

Biarritz Surf Gang des réalisateurs et surfeurs Pierre Denoyel et Nathan Curren raconte l’incroyable histoire …

Laisser un commentaire