//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / [CRITIQUE] #CEFF2014 – “Sun Belt Express” (2014) de Evan Buxbaum

[CRITIQUE] #CEFF2014 – “Sun Belt Express” (2014) de Evan Buxbaum

Du 11 au 17 juin, les Champs-Elysées s’habillent aux couleurs du cinéma américain indépendant en proposant le Champs-Elysées Film Festival. Présidé par l’actrice Jacqueline Bisset et le réalisateur Bertrand Tavernier, le menu est aussi complet qu’alléchant : une compétition de longs-métrages américains, des avants premières, des invités exceptionnels et des soirées de Gala… Evidemment, le blog y pose sa bulle durant cette semaine pour faire vivre l’événement de l’intérieur avec le premier film en compétition : Sun Belt Express (2014) de Evan Buxbaum.

 Synopsis :

Allen King (Tate Donovan) est un professeur minable au Mexique, accusé d’avoir plagié le livre d’un de ses étudiants. Pour subvenir à ses diverses besoins, et notamment pour élever sa fille, Emily (India Ennenga), Allen fait passer clandestinement la frontière mexicaine à des immigrants cachés dans le coffre de sa voiture. Tout se passe pour le mieux jusqu’au jour où le protagoniste fait se rencontrer sa petite amie mexicaine et Emily lors d’un convoi voué à l’échec.

Sun Belt Express met d’emblée dans l’ambiance du cinéma américain indépendant qui sort des sentiers battus du traditionnel blockbusters. Les plans sont épurés, stables et centrés sur le personnage principal, joué par Tate Donovan, connu notamment pour ses rôles dans les séries Damages ou plus récemment 24 : Live another day.

Sun Belt Express reste très puritain. On y voit à tour de bras des drapeaux américains fixés sur les devantures des maisons, des maisons parfaitement ravalés, des écoles au style High school musical et des décors désertiques. La lumière en surexposition, avec un filtre fortement oranger, vient au soutien du décor désertique.

 

Cependant, malgré ce visuel particulier, on a en toile de fond une écriture scénaristique qui pêche par sa froideur. Il manque de la consistance aux personnages et un enjeu autour de la situation. Quelques scènes sont pourtant très prometteuses et remplissent leur rôle humoristique comme celle où l’on voit les clandestins discuter de leur expérience de fraudeur… dans le coffre d’une voiture ! L’Amérique a trouvé son Kev Adams national en la personne d’Arturo Castro. Comme l’acteur français, sa bouille d’adolescent, légèrement tête à claques, respire la blague.

Décidément, le cinéma a beaucoup de mal sur le sujet de l’immigration cette année. Le récent La voie de l’ennemie de Rachid Bouchared, avec pourtant l’emblématique Forest Whitaker, n’avait déjà pas complétement convaincu. De la même manière, Sun Belt Express laisse un goût anodin alors qu’il avait le potentiel pour devenir le Breaking Bad-version immigration.

Antoine Corte

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : Inconnue

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire