//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] #CEFF2014 « Kill your darlings » (2014) de John Krokidas

[CRITIQUE] #CEFF2014 « Kill your darlings » (2014) de John Krokidas

« L’artiste est-il maître de son oeuvre ? », voilà peut-être le sujet de la journée. Pour y répondre au mieux, il aurait peut-être fallu que les jeunes lycéens planchant sur le baccalauréat de philo se rendent à la projection de Kill your darlings de John Krokidas au Champs-Elysées film festival.

 

Synopsis :

Ce biopic met en lumière les mécanismes créatifs de la beat generation, composée des très célèbres auteurs américains Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William S. Burroughs. En pleine seconde guerre mondiale, leur combat est davantage centré sur la recherche de l’inspiration. Comme au combat, celle-ci se révèlera tout autant destructrice à cause notamment de multiples passions dévorantes et autres meurtres qui viendront obscurcir le tableau de l’écriture.
Film du passé, le réalisateur décide d’utiliser le grain de sa caméra, aux filtres vieillis, pour immerger le spectateur dans cette ambiance décalée. Tout juste sortie des années folles, on pourrait croire que l’action de Kill your darlings se déroule vingt ans plus tôt en pleine prohibition. Chanteurs de music-hall, discours puritains et alcool à profusion dans des bars de secondes zones, cet univers festif est très plaisant et contraste avec le caractère grave de la thématique. On aurait pu se trouver dans une mise en scène dirigée par Baz Luhrmann.

Pour trancher avec ce côté rétro, la musique, composée par Nico Muhly, apporte un souffle de modernisme tout en accentuant le style dramatique de l’oeuvre. Elle est toujours utilisée à bon escient, surtout dans la scène d’introduction où un corps, en piteuse état, sort soudainement de l’eau. Avec cette scène de Kill your darlings, le réalisateur n’a pas peur de déflorer l’intrigue finale.

Pour ce faire, il va construire son récit autour des ambiguïtés homosexuels de ces personnages. Dans cette découverte de sexualité refoulée, Daniel Radcliffe et Dane Dehaan ont une approche tout en retenue. Le premier prend comme souvent des risques dans le choix de ses rôles. Toujours Harry Potter dans l’image collective, il se met à nue dans tous les sens du terme. En pleine incarnation de la folie de son personnage, il assume par ailleurs complètement ses scènes de sexe. En cela, son expérience à Broadway dans la pièce Equus où il apparaissait tous les soirs complètement nu lui a assurément  permis de faire tomber les barrières de la pudeur.

Dane Dehaan tient également sa prestation. Déjà vu notamment dans Chronicles ou plus récemment dans The Amazing Spiderman 2, il a pourtant du mal à sortir de ces rôles de bad guys. La faute a un visage très carré et peu souriant. Il serait bien de le voir évoluer dans d’autres styles pour voir de quoi il est réellement capable…
Cependant, le film Kill your darlings vient pêcher au niveau de l’intensité dramatique. Si la fin tient toutes ses promesses en terme de dramaturgie, les nœuds sont mal répartis au sein du scénario. Aussi, il y a une baisse d’attention au milieu du film, notamment lorsqu’on perd de vue Michael C. Hall, qui porte l’histoire.
De Gatsby à Sur la route, John Krokidas aura donc réussi à rappeler quelques références récentes du cinéma américain tout en proposant une œuvre qui se tient et qui apporte un point de vue intéressant  sur les paradoxes créatifs.
Antoine Corte

En savoir plus :

  • Date de sortie France : Prochainement
  • Distribution France : Metropolitan FilmExport

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire