//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / CINEMA: #CANNES2014, #BullesIN/#BullesOFF #08 – C’est la fin ! / This is the end !

CINEMA: #CANNES2014, #BullesIN/#BullesOFF #08 – C’est la fin ! / This is the end !

Fermeture du Marché du Film
Festival de Cannes, 23/05/14
Voici la dernière journée de compétition avec deux films qui n’ont pas transporté la Croisette et qui ne bouleverseront pas notre pronostic final, livré en fin d’article. D’un côté, le réalisateur Andrey Zviaguintsev revient à Cannes avec Leviathan après Elena, Prix Spécial du Jury Un Certain Regard en 2011. De l’autre, le dernier film de la compétition officielle visionné avec Sils Maria de Olivier Assayas.

Here is the final day of competition with two films that have not moved the Croisette and do not disrupt our final prediction, written at the end of the article. On the one hand, the director Andrey Zvyagintsev returns to Cannes with Leviathan after Elena, Special Jury Prize Un Certain Regard in 2011. On the other hand, the last film viewed in the official competition with Sils Maria by Olivier Assayas.

More in English >>(Translation in progress, come back later)

-> #CANNES2014, BULLES IN <-

> LEVIATHAN (en compétition)

Kolia habite une ville désertée de bord de mer en Russie. Vadim Sergeyich (Roman Madianov), maire de la ville, veut s’approprier son terrain. Devant la réticence du propriétaire, l’homme politique est obligé d’entamer des procédures judiciaires pour le faire céder.

Le film de Andrey Zviaguintsev est une contemplation d’un paysage naturel russe, mais également un témoignage d’une situation politique. En cela, il est, avec le Naomi Kawase, le film qui aura eu l’image la plus parfaite sur ce festival. La nature y est filmée avec simplicité. Elle est le sujet central du film. Les protagonistes se battent pour la protéger.

L’œuvre critique vivement cette technocratie qui peut annihiler la propriété personnelle. Elle utilise pour cela l’angle de l’humour. De manière osée, les personnages décident de tirer à la kalachnikov sur les anciens présidents de Russie. Où sont les récents ? Ils sont restés épinglés sur le mur, notamment de la mairie ! La vodka est aussi le signe de ralliement inévitable. On a l’impression de passer un bon moment entre potes en les observant se prendre de nombreux verres.

Quelques plans méritent d’être signalés. Il y a notamment la manière de filmer un tribunal au moment de rendre le verdict. La diction de la greffière, très cadencée, accompagnée d’une caméra qui se rapproche peu à peu d’elle au fil de la lecture est une vision inédite de la justice. Elle est une force de proposition astucieuse qui donne du punch à l’ensemble.

>> SILS MARIA (en compétition)

Sur le papier, tout y est : Olivier Assayas à la réalisation, après notamment Carlos (2010) ; un casting de rêve composé de Juliette Binoche, Kristen Steward, Chloë Grace Moretz… Et pourtant on est vite déçu.

L’histoire rappelle étrangement la thématique d’un film nettement meilleur vu quelques jours plus tôt : Maps to the stars de David Cronenberg. Maria Enders (Juliette Binoche) est une actrice vieillissante qui ne vit qu’à travers un vieux succès au théâtre : son rôle de Sigrid, jeune fille au charme fou qui provoque le suicide d’une femme mûre, Helena. Au cours d’une soirée en hommage à l’auteur de la pièce, on propose à Maria de rejouer celle-ci mais dans le rôle d’Helena. De l’autre coté, le rôle de Sigrid est donné à une jeune actrice capricieuse aux frasques multiples (Chloë Grace Moretz).

Olivier Assayas livre une œuvre sans saveur dont la trame est centrée sur des personnages distants pour lesquels on n’a aucune empathie. Juliette Binoche, pourtant excellente actrice notamment dans Copie conforme (2010) de Abbas Kiarostami qui lui a fallu le Prix d’Interprétation Féminine à Cannes en 2010, n’arrive pas à provoquer une once d’émotion dans l’esprit du spectateur. Kristen Steward, disparaissant sans explication en plein milieu de l’intrigue, n’a sûrement pas dû finir le tournage ! Enfin, la maturité de Chloë Grace Moretz ne lui permet pas de tenter d’autres rôles que celui du très léger Kick Ass (2010, 2013) de Matthew Vaughn.

Désillusion pour un film qui n’avait pas sa place en compétition.

Le festival s’achève déjà donc voici nos pronostics :

Palme d’or : Still The Water de Naomi Kawase
Grand Prix : Deux jours, une nuit des frères Dardenne
Prix du jury : Mommy de Xavier Dolan
Mention spécial du Jury : Adieu au langage de Jean-Luc Godard
Prix d’interprétation masculine : Maxim Emelianov dans The Search
Prix d’interprétation féminine : Julianne Moore dans Maps to the stars
Prix de la mise en scène : Leviathan de Andrey Zviaguintsev
Prix du scénario : Relatos Salvajes de Damián Szifron

En savoir plus : nos chroniques cannoises : http://www.bullesdeculture.com/search/label/Festival%20de%20Cannes

Check Also

[CRITIQUE] « Baby Driver » (2017) : Edgar Wright à 200 à l’heure !

On savait qu’Edgar Wright en avait sous le capot. Mais avec son nouveau film Baby Driver, …

The Circle affiche film

[CRITIQUE] « The Circle » (2017), l’avenir transparent

The Circle de James Ponsoldt est une dystopie adaptée du livre best-seller de Dave Eggers sur …

Laisser un commentaire