//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer / CINEMA: “La Bella Addormentata” (2012)

CINEMA: “La Bella Addormentata” (2012)

Après Quelques heures de printemps (2012) de Stéphane Brizé et Amour (2012) de Michael Haneke, la mort continue de hanter nos salles obscures avec la sortie en salle du nouveau film de Marco Bellocchio : La Belle endormie (La Bella Addormentata, 2012).

After A Few Hours of Spring (Quelques heures de printemps, 2012) by Stéphane Brizé and Love(Amour, 2012) by Michael Haneke, death continues to haunt our theaters with the theatrical release of the new film by Marco Bellocchio: Dormant Beauty (La Bella addormentata, 2012).

More in English >>

Alors que les deux films cités plus haut traitaient de la question de la fin de vie au niveau individuel, Marco Bellochio élargit la question au niveau de la société et brosse le portrait d’une Italie coupée en deux.
Côté sphère publique, Bellochio oppose une militante du Mouvement pour la Vie, Maria (Alba Rohrwacher), à son père, le sénateur Uliano Beffardi (Toni Servillo), sur le cas d’Eluana Englaro qui divise alors l’Italie (c’est l’histoire vraie d’une jeune Italienne plongée dans un coma artificiel pendant dix-sept ans après un accident de voiture).
Côté sphère intime, Bellochio met en parallèle une mère de famille actrice et dévote, Divina Madre (Isabelle Huppert), qui maintient artificiellement en vie sa fille chez elle et un médecin, Pallido (Pier Giorgio Bellocchio), qui empêche la belle et désœuvrée Rossa (Maya Sansa) de mettre fin à ses jours. Chacun de leur côté, Divina Madre et Pallido, attendent patiemment le réveil de leur protégée.

Dans un monde où les certitudes vacillent, les personnages sont sommés de choisir leur camp. Face à ces choix, la caméra filme au plus près de l’humain mais ne tremble pas, Marco Bellochio propose des cadres sûrs et des mouvements fluides.
Malgré son portrait pessimiste d’une Italie endormie, il nous offre, avec talent et sobriété, un film beau et fondamentalement optimiste.

jici

Site officiel : http://www.bellissima-films.com/#/prochaines-sorties/23

While the two films mentioned above dealt with the issue of ending the life at individual level, Marco Bellochio enlarges the issue to the society and dos a portrait of an Italy divided in two.

In a world where nothing is certain anymore, the characters are told to choose their side. Faced with these choices, the camera pans closer to human but do not shake, Marco Bellochio offers stable frame and smooth movements.
Despite his pessimistic portrait of a dormant Italy, he offers us, with talent and sobriety, a beautiful and fundamentally optimistic film.

jici


To learn more: http://www.imdb.com/title/tt2184227/

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire