//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / [CRITIQUE] Raz le bol des vuvuzelas? Testez « Glee » saison 1 !

[CRITIQUE] Raz le bol des vuvuzelas? Testez « Glee » saison 1 !

À peine son dernier épisode diffusé aux États-Unis, Glee saison 1, la série évènement de Ian Brennan, Brad Falchuk et Ryan Murphy pour la chaîne américaine Fox, a débarqué en France sur Orange Cinéma Séries à partir du 6 juin 2010. Notre avis.

Glee saison 1 :
Une vraie vision
du modèle scolaire américain

 

Loin d’être, comme de nombreux médias la présentent, la version télévisuelle du film High School Musical, Glee saison 1 est une série qui dépeint sans le polir (contrairement à Disney, producteur de High School Musical et autre Hannah Montana) le modèle scolaire américain.

En effet, la série télé Glee ne s’en tient pas aux seules thématiques de l’intégration et des premiers émois, elle aborde tour à tour des sujets comme :

  • la compétition et la jungle du show business,
  • l’homosexualité,
  • les filles-mères,
  • l’obésité,
  • les problèmes conjugaux,
  • les différences sociales,
  • l’adoption,
  • le handicap moteur,
  • la religion,
  • le racisme…

Ici exit Dawson, ses monologues contemplatifs et ses interrogations existentielles. Dans Glee quand ça ne va pas ils le chantent… et mieux vaut pour eux qu’ils l’assument !

Eh bien, chantez maintenant !

Glee saison 1 affiche

L’humour tranchant du producteur de la très dérangeante série Nip/Tuck, Ryan Murphy, est donc de retour sur nos petits écrans avec Glee saison 1. La série musicale se déroule dans un petit lycée du fin fond de l’Ohio, où William Schuester (Matthew Morrison), professeur d’espagnol pour adolescents mal dans leur peau, décide de reprendre la chorale de l’établissement délaissée par son prédécesseur. Il lui faudra déployer des trésors d’ingéniosité et de machiavélisme pour reconstituer un Glee Club (traduisez « Chorale ») digne de ce nom contre l’avis de sa femme, du directeur du lycée et de la tyrannique entraîneuse de l’équipe de pom-pom girls, Sue Sylvester (Jane Lynch).

Après une audition et divers chantages, Will Schuester monte un Glee Club disparate composé d’une première de la classe impopulaire, d’une pom-pom girl manipulatrice, de sa meilleure amie écervelée, de la présidente en cloque du « Club de Chasteté », d’un capitaine de l’équipe de foot crétin, d’un juif rebelle, d’une diva black obèse, d’un lycéen paraplégique pro de la guitare, d’une jeune gothique bégayeuse et d’un homo à la voix de castrat. Ensemble le club de chant va devoir se souder pour affronter les épreuves afin de parvenir jusqu’au concours régional des chorales.

Récompenses et guest-stars

Glee saison 1 imageCouronnée pour sa première saison du Golden Globe de la meilleure série télévisuelle musicale ou comique 2010, Glee saison 1 a propulsé en haut de l’affiche de jeunes acteurs de music-hall, chanteurs et/ou danseurs, bourrés de talents et inconnus jusqu’alors du petit écran.

Se sont aussi ajouter au casting de nombreuses guest-stars comme :

  • Olivia Newton John (Grease),
  • Neil Patrick Harris, le célèbre Barney Stinson de How I Met Your Mother, qui nous démontre une fois de plus ses talents de chanteur, également aperçus dans la websérie musicale Dr. Horrible Sing Along Blog.

La série idéale
pour une soirée karaoké

 

Construit autour d’un artiste ou d’une thématique imposée comme exercice par le professeur de chant, chaque épisode de Glee saison 1 reprend 4 à 5 chansons, du vieux standard au dernier hit. A voir notamment l’épisode 15 consacré à Madonna et celui dédié à la délirante diva Lady Gaga, intitulé Theatricality.

Les célébrités accourent d’ailleurs pour avoir un petit rôle dans la série télé Glee dont le succès est tel que les saisons 2 et 3 ont déjà été signées par la Fox. Le phénomène va jusqu’à créer son propre vocabulaire, nommant les fans de la série les « gleeks », croisement hybride astucieux entre Glee et geek (expression désignant un accroc de nouvelles technologies, séries télé et jeux vidéos, entrée dans le langage commun et souvent associée au concept de looser). Le signe du looser (symbolisé par un « L » dessiné entre l’index et le pouce) est d’ailleurs utilisé dans la calligraphie des affiches de la série.

Petit conseil pour regarder la série, optez pour la V.O. sous-titrée. Les chansons y sont sous-titrées en anglais et donc à vous la soirée karaoké !

Le vuvuzela peut bien atteindre 121 décibels à la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du Sud, couvrons son vrombissement en chantant à plein poumons !

 

 

En savoir plus :

Elsa V.

Elsa V.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Amatrice de littérature jeunesse, de conte, de théâtre, de marionnettes, de cinéma et de série tv, j'apprécie tout particulièrement les histoires qui m'embarquent et les formes d'art pluridisciplinaire.

Top 3 Cinéma : "Eternal Sunshine of the Spotless Mind", "Les Ailes du désir", "Once"
Top 3 Littérature Jeunesse : "Harry Potter" de J.K. Rowling, "Meto" de Y. Grevet, "Toby Lolness" de T. de Fombelle
Top 3 Théâtre: Les Possédés, Tg STAN, Yves Beaunesne
Top 3 TV : "The Wire", "The Good Wife", "Black Books"
Elsa V.

Check Also

Missions saison 1 affiche

♥ [CRITIQUE & EXPLICATIONS] « Missions » saison 1 : Épisode par épisode

Direction Mars depuis le jeudi 1er juin 2017 sur OCS City. Notre avis sur Missions …

series mania 2017 image Eric Laroche copyright DR

[INTERVIEW] Le boum des séries digitales selon Éric Laroche

Lors du festival Séries Mania 2017, Éric Laroche nous a parlé des séries web & …

Un commentaire

  1. love the one with barney stinson 😀

Laisser un commentaire