//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / à classer 2 / CINEMA: BULLES DE COMPTOIR « A Single Man », « Crazy heart », « Une éducation »/ »An education »

CINEMA: BULLES DE COMPTOIR « A Single Man », « Crazy heart », « Une éducation »/ »An education »

Bulles de comptoir :
– 
« A Single Man », une mort en couleurs
« Crazy heart », vivre au jour le jour
« Une éducation », l’Angleterre des années 60

Bubbles counter:
– « An education », England 60s
– « A Single Man », a death in colors
– « Crazy heart », one day at a time

More in English >>

« A Single Man », une mort en couleurs

Los Angeles, 1962. Depuis qu’il a perdu son compagnon Jim (Matthew Goode) dans un accident, George Falconer (Colin Firth), professeur d’université Britannique, se sent incapable d’envisager l’avenir. Solitaire malgré le soutien de son amie la belle Charley (Julianne Moore), elle-même confrontée à ses propres interrogations sur son futur, George ne peut imaginer qu’une série d’évènements vont l’amener à décider qu’il y a peut-être une vie après Jim.

Premier film du grand couturier américain Tom Ford, « A Single Man » suit pas à pas la dernière journée de George Falconer avant son suicide, tout en expliquant par des flashback ce qui va le conduire à cet acte. Avec un personnage seul et brisé, un film à la limite du noir et blanc, Tom Ford filme au plus près la détresse de George (excellent Colin Firth) que même sa meilleure amie Charley (une Julianne Moore étonnante, très loin de ses prestations habituelles de mère de famille modèle de dans « Loin du paradis » et « The Hours ») n’arrivera pas à sauver.
Habillé par Tom Ford lui-même, George, en décidant de mettre fin à ses jours, peut enfin saisir le présent qui l’entoure, les couleurs se font plus présentes dans une image jusque là proche du noir et blanc (procédé déjà utilisé dans « Pleasantville » mais toujours aussi beau), notamment dans la magnifique scène toute en couleurs et pleine de désirs entre George et un jeune homme (Jon Kortajarena) sur le parking d’une supérette.

<a HREF= »http://ws.amazon.fr/widgets/q?ServiceVersion=20070822&MarketPlace=FR&ID=V20070822%2FFR%2Fbulldecult-21%2F8014%2F4a59c249-3e55-4aef-a9f0-2f7eb2d9d7b0&Operation=NoScript »>Widgets Amazon.fr</A>
Avec une musique notamment du compositeur Shigeru Umebayashi (« In the mood for love »), dont l’entêtant titre « Carlos » a été reprise pour la bande annonce, « A Single Man » est un très beau mélodrame sur la solitude d’un être qui n’aura pas su continuer à vivre avec un cœur brisé.

jici

« A Single Man » : Bande-Annonce (v.o.s.t.f.)
« A Single Man » (2009)
Réalisation : Tom Ford
Scénario : Tom Ford d’après le roman éponyme du Britannique Christopher Isherwood
Image : Eduard Grau
Montage : Joan Sobel
Casting : Colin Firth, Julianne Moore, Nicholas Hoult, Matthew Goode, Jon Kortajarena…
Site officiel : http://www.marsdistribution.com/film/a_single_man

« Crazy heart », vivre au jour le jour

Le whisky, on le sait, pour entretenir la voix rauque d’un chanteur de country, y a rien de mieux ! Oui mais voilà à presque 60 ans et le foie qui défaille, Bad Blake (Jeff Bridges), star déchue de musique country, est forcé d’admettre qu’il doit changer son mode vie, en commençant par arrêter de se réveiller chaque lendemain de concert dans une chambre de motel miteuse aux côtés d’une vieille fan déconfite, un cadavre de McClure dans les bras.

Cette adaptation du roman « Crazy Heart » de Thomas Cobb nous raconte comment, après une belle rencontre et un accident de voiture (boire ou conduire, il faut choisir !), notre anti-héros, idole déchue de l’Amérique profonde, tente de reprendre sa vie en main one day at a time (au jour le jour) comme le lui répète son meilleur ami (Robert Duvall), tenancier du vieux rad qui l’accueille sur scène chaque vendredi soir. Un pied dans le plâtre, s’efforçant d’arrêter le whisky et l’autodestruction, le personnage prend le temps de vivre, d’aimer et se remet à composer…

Avec ses faux airs de « Wrestler », Jeff Bridges interprète ici un personnage poignant qui s’accroche à sa guitare pour sortir de l’alcool. Avec sa force éteinte, l’acteur prête son physique et sa voix à ce personnage touchant en quête de rédemption.

Pour compléter le casting on retrouve :
– Maggie Gyllenhall dans une interprétation sensible de femme forte, jeune journaliste ambitieuse et mère célibataire froissée par la vie, rôle qui lui a valu une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure actrice, récompense décernée à Sandra Bullock (cf. CINEMA: OSCARS 2010 – Kathryn Bigelow, reine de l’année) ;
– Collin Farell dans le rôle du jeune musicien qui a tout appris du maître Bad Blake et qui l’incite à réécrire. L’acteur y est pour une fois très juste et ça lui va bien ;
– le grand Robert Duvall, toujours impeccable dans le rôle du meilleur ami tenancier.

Il faut avouer qu’il est agréable de retrouver Jeff Bridges dénigrant les bowlings qui lui servent de salle de concert (clin d’œil à « The Big Lebowski » des frères Coen), dans cette interprétation profondément humaine, récompensée par l’Oscar du meilleur acteur 2010 (nominé au coude à coude avec Colin Firth pour son rôle tout en retenue dans le film du styliste Tom Ford, « A Single Man »).

Le film a également remporté l’Oscar de la meilleure chanson originale pour « The Weary Kind » de T-Bone Burnett, par Ryan Bingham, mais la B.O. dans son intégralité serait à souligner, rappelant les excellentes bandes originales de « Into the wild » par Eddie Wedder (leader de Pearl Jam) ou encore celle de « Brokeback Moutain » par Gustavo Santaolalla. Le point commun me direz-vous ? Les paysages contemplatifs on the road si propices au blues.

On retrouvera l’acteur sur grand écran dans l’interprétation d’un militaire hippie dans le film de Grant Heslov, « Men who stare at goats » (titre traduit en français par « Les chèvres du Pentagone »), complétant ainsi un casting superbe composé de Kevin Spacey, Ewan McGregor, George Clooney et… d’une chèvre.
Et pour une date qui n’est pas encore définie, sachez que 2011 devrait être marquée par les retrouvailles de l’acteur avec les frères Coen dans « True Git », adaptation du western « 100 dollars pour un shérif » de Henry Hathaway, dans lequel il devrait reprendre le rôle tenu à l’époque par John Wayne.

elsa

« Crazy Heart » (2009)
Réalisation : Scott Cooper
Scénario : Scott Cooper d’après le roman éponyme de Thomas Cobb
Image : Barry Markowitz
Montage : John Axelrad
Casting : Jeff Bridges, Maggie Gyllenhaal, Colin Farrell, Robert Duvall…
Site officiel : http://www.crazyheart-lefilm.com
En savoir plus :
http://www.telerama.fr/cinema/jeff-bridges-la-voix-de-l-anti-heros,53217.php
http://www.jeffbridges.com
http://www.bullesdeculture.com/2009/11/music-hank-williamss-legacylheritage-de.html

« Une éducation », l’Angleterre des années 60

1961, Angleterre. Jenny (Carey Mulligan) a 16 ans. Elève brillante, elle se prépare à intégrer Oxford. Sa rencontre avec un homme, David (Peter Sarsgaard), deux fois plus âgé qu’elle va tout remettre en cause. Dans un monde qui se prépare à vivre la folie des années 60, dans un pays qui passe de « Lady Chatterley » aux Beatles, Jenny va découvrir la vie, l’amour, Paris, et devoir choisir son existence.

Basé sur le récit autobiographique de la journaliste britannique Lynn Barber, « Une éducation » raconte l’histoire du passage à l’âge adulte d’une jeune fille et la naissance des années 60 en Angleterre. Sur une musique teintée de chansons françaises (Juliette Gréco), le film déroule tranquillement son intrigue éculée de l’initiation entre Londres et Paris et si on ne sort pas forcément éduqué du film, on se laisse aisément gagner par le charme de leurs deux comédiens principaux, la mutine Carey Mulligan (nomination aux Oscars) et le mystérieux Peter Sarsgaard (« Boys don’t cry », « Dans la brume électrique »).

jici

« Une éducation » (« An education », 2009)
Réalisation : Lone Scherfig
Scénario : Nick Hornby d’après le roman autobiographique de Lynn Barber
Image : John De Borman
Montage : Barney Pilling
Casting : Carey Mulligan, Peter Sarsgaard, Alfred Molina, Olivia Williams, Dominic Cooper…
Site officiel : http://www.sonyclassics.com/aneducation

« An education », England 60s

1961, England. Jenny (Carey Mulligan) is 16. Brilliant student, she is preparing to get into Oxford. Her encounter with a man, David (Peter Sarsgaard), twice her age, is going to change everything. In a world that is getting ready to experience the madness of the 60s, in a country that goes from « Lady Chatterley » to the Beatles, Jenny is going to discover life, love, Paris, and to have to choose its existence.

Based on the autobiography of the British journalist Lynn Barber, « An Education » tells the story of the transition to adulthood of a young girl and the birth of the 60s in England. On a music tinged with French songs (Juliette Greco), the film quietly tell its old plot of initiation between London and Paris and if we do not necessarily be educated at the end, we can easily be charming by the two main actors, the mischievous Carey Mulligan (Oscar nomination) and the mysterious Peter Sarsgaard (« Boys Do not Cry », « In the Electric Mist »).

jici

« An education » (2009)
Direction: Lone Scherfig
Writing: Nick Hornby d’après le roman autobiographique de Lynn Barber
Image: John De Borman
Editing: Barney Pilling
Cast: Carey Mulligan, Peter Sarsgaard, Alfred Molina, Olivia Williams, Dominic Cooper…
Official website: http://www.sonyclassics.com/aneducation

« A Single Man », a death in colors

Los Angeles, 1962. Since he lost his partner Jim (Matthew Goode) in an accident, George Falconer (Colin Firth), Professor of Columbia University, feels unable to face the future. Solitaire despite the support of his friend, the beautiful Charley (Julianne Moore) who is facing her own questions about her future, George can not imagine that a series of events will lead him to decide that there may be a life after Jim.

First movie of the great American designer Tom Ford, « A Single Man » follows step by step the last day of George Falconer before his suicide, explaining with flashback what have lead him to this act. With a single broken character, a film almost black and white, Tom Ford shot closest the distress of George (excellent Colin Firth) that even his best friend Charley (an amazing Julianne Moore, far from her usual part of mother model in « Far From Heaven » and « The Hours ») will not save.
Dressed by Tom Ford himself, George, by deciding to end its days, may finally grasp the present surroundings, the colors are more present in an image close to the previously black and white (a process already used in « Pleasantville » but still beautiful), including the magnificent scene in all colors and full of desires between George and a young man (Jon Kortajarena) on the parking of a supermarket.

<A HREF= »http://ws.amazon.fr/widgets/q?ServiceVersion=20070822&MarketPlace=FR&ID=V20070822%2FFR%2Fbulldecult-21%2F8014%2F4a59c249-3e55-4aef-a9f0-2f7eb2d9d7b0&Operation=NoScript »>Widgets Amazon.fr</A>
With music including composer Shigeru Umebayashi (« In the Mood for Love »), who heady title of « Carlos » was used to the trailer, « A Single Man » is a beautiful melodrama about a lonely human being who will not be able to live with a broken heart.

jici

« A Single Man » (2009)
Direction: Tom Ford
Writing: Tom Ford from the eponyme novel by the Britain Christopher Isherwood
Image: Eduard Grau
Editing: Joan Sobel
Cast: Colin Firth, Julianne Moore, Nicholas Hoult, Matthew Goode, Jon Kortajarena…
Official website: http://www.asingleman-movie.com/#/home

« Crazy heart », one day at a time

Whiskey, we know, for keeping the hoarse voice of a country singer, there’s nothing better! Yes but at almost 60 years and a liver that fails, Bad Blake (Jeff Bridges), fallen star of country music, is forced to admit that he must change his lifestyle, beginning with stop waking up every day after concert in a seedy motel room along with an old discomfited fan, a McClure’s corpse in his arms.

This adaptation of the novel « Crazy Heart » by Thomas Cobb tells how, after a good encounter and a car accident (drinking and driving, you must choose!), our anti-hero, fallen idol of the American heartland, is trying to resume his life in hand one day at a time as his best friend (Robert Duvall) repeats it to him, manager of the old bar which hosts him on stage every Friday night. One foot in plaster, trying to stop the whiskey and self-destruction, the character takes the time to live, love and begins to compose again…

With his false air of « Wrestler », actor Jeff Bridges plays here a poignant character who clings to his guitar to quit alcohol. With his tired power, the actor lends his physique and his voice to this character affecting in seeking redemption.

To complete the cast, we find:
– Maggie Gyllenhall in a sensitive interpretation of strong woman, ambitious young journalist and single mother bruised by life, a role which earned her an Oscar nomination for Best actress award, given to Sandra Bullock (see CINEMA: OSCARS 2010 – Kathryn Bigelow, queen of the year);
– Colin Farell in the role of the young musician who has learned all from master Bad Blake and who incites him to rewrite. The actor is once very fair and it suits him;
– The great Robert Duvall, always impeccable in the role of best friend bar manager.

I must admit it is nice to find Jeff Bridges denigrating the bowling which serve as concert hall (nod to « The Big Lebowski » by the Coen brothers), in this deeply human interpretation, rewarded by Oscar Best Actor in 2010 (nominated shoulder to shoulder with Colin Firth for his role while retained in the film of the designer Tom Ford, « A Single Man »).

The film also won the Oscar for best original song for « The Weary Kind » by T-Bone Burnett, played by Ryan Bingham, but the soundtrack in its entirety is very good, recalling the great soundtracks of « Into the Wild » by Eddie Wedd (leader of Pearl Jam) or the one of « Brokeback Mountain » by Gustavo Santaolalla. The common point you ask? The contemplative landscapes on the road if conducive to the blues.

We find again the actor on the big screen in the interpretation of a military hippie in the film by Grant Heslov, « Men who stare at goats », thus completing a superb cast consisting of Kevin Spacey, Ewan McGregor, George Clooney… and a goat.
And for a date not yet defined, be aware that 2011 should be marked by the actor’s comeback with the Coen brothers in « True Gift », a remake of the western by Henry Hathaway, in which he should resume the role required at the time by John Wayne.

elsa

« Crazy Heart » (2009)
Direcation: Scott Cooper
Writing: Scott Cooper from the eponym novel by Thomas Cobb
Image: Barry Markowitz
Editing: John Axelrad
Cast: Jeff Bridges, Maggie Gyllenhaal, Colin Farrell, Robert Duvall…
Official website: http://www.foxsearchlight.com/crazyheart
More on:
http://www.jeffbridges.com
http://www.bullesdeculture.com/2009/11/music-hank-williamss-legacylheritage-de.html

Check Also

Life - Origine Inconnue affiche

[CONCOURS] [CRITIQUE] « Life – origine inconnue » (2017) de Daniel Espinosa

Life – origine inconnue (Life) de Daniel Espinosa est le nouveau thriller spatial mené par Jake Gyllenhaal, …

Affiche The Young Lady

[CRITIQUE] « The Young Lady » (2017) venimeux et glacé

En anglais comme en français, nous avons droit à un titre anglophone pour cette nouvelle …

Laisser un commentaire